FareWell Poetry

Hoping For The Invisible To Ignite

(Gizeh Records / Import)

 date de sortie

26/09/2011

 genre

Rock

 style

Post-Rock

 appréciation

 écouter

As True As Troilus (morceau complet via SoundCloud)

 tags

Colin Johnco / FareWell Poetry / Frédéric D. Oberland / Gizeh Records / Post-Rock

 liens

Frédéric D. Oberland
FareWell Poetry
Gizeh Records
Colin Johnco

 autres disques récents
Benoit Pioulard
Lignin Poise
(Beacon Sound)
Garaliya
Ventricle Replicant
(Kvitnu)
Wil Bolton
Night Paths
(Hidden Vibes)
Haco
Qoosui
(Someone Good)

Après avoir évoqué leur concert donné en l’Église Saint-Merry fin septembre à l’occasion de la sortie de leur premier album, voici précisément venu le temps de relater la publication du long-format de FareWell Poetry. Regorgeant d’invités, à l’image de ceux qui avaient accompagné le groupe sur scène, Hoping For The Invisible To Ignite se déploie sur deux supports : un CD de 4 longs morceaux et un DVD où deux vidéos de près de vingt minutes permettent de retrouver le titre-phare de la formation (As True As Troilus), en versions studio et live. Ce projet ambitieux se trouve enfin servi par une pochette soignée, avec livret de huit pages et carte postale.

À cette lecture, on le devine, FareWell Poetry ne veut pas se limiter à un simple post-rock instrumenté aux envolées enflammées et aspire à s’étendre vers d’autres horizons : littéraires évidemment (Jayne Amara Ross récitant sur chaque titre des poèmes de son cru), cinématographiques (la même réalisant le film présent sur le DVD), plastiques et photographiques (des dessins et clichés assez sombres et mystérieux ornent pochette et livret). Même musicalement, on ne peut réduire FareWell Poetry au post-rock enflammé ; en témoignent la participation très free de la trompette d’Uspudo à la fin d’As True As Troilus, l’intervention de la touchante guitare réverbérée de Dave Olliffe dans All In The Full, Indomitable Light Of Hope (Part II), les passages plus proches du classique ou de la musique contemporaine dans ce même morceau.

Néanmoins, il faut bien admettre que « post-rock » est encore le terme qui qualifie le mieux la musique du groupe, portée par les inspirations de Frédéric D. Oberland (guitare électrique, autoharpe, field recordings, banjo, Rhodes, boîte à musique, piano, orgue Hammond… rien que cela) et la participation non négligeable de ses trois autres compères (Stanislas Grimbert à la batterie, Eat Gas aux guitares et basse, Colin Johnco aux machines). Implacables, les compositions de la formation bénéficient en outre d’apports de cordes ou de chœurs, afin de constituer un disque aussi immédiat qu’insondable.

François Bousquet
le 06/12/2011

À lire également

Aidan Baker
Half Lives
(Gizeh Records)
25/02/2009
Heaven 44 - label Brocoli
(Java)
06/12/2010
Jonas Reinhardt / Rene
(Panic Room)
26/04/2013
Oiseaux-Tempête / Temps
(Eglise Saint-Merry)