The Field / Walls

 date du concert

23/11/2011

 salle

VK (Vaartkapoen),
Bruxelles

 tags

The Field / VK (Vaartkapoen) / Walls

 liens

The Field
VK (Vaartkapoen)
Walls

 dans la même rubrique
15/09/2016
Quentin Sirjacq
(Maison Rouge)
05/09/2016
Chris Watson
(Fondation Cartier)
24/08/2016
Spring.Fall.Sea
(Pop In)
14/07/2016
Concert-surprise
(Blockhaus DY10)

Lorsque nous avions vu pour la première fois The Field il y a plus de trois ans, leur étonnant premier album From Here We Go Sublime était au centre de l’attention et le trio faisait figure de sensation du moment. A présent qu’il est bien installé dans le paysage, nous ayant depuis lors gratifiés de deux autres longs-formats (toujours chez Kompakt), c’était un réel plaisir de les retrouver dans le cadre du festival Autumn Falls, qui sur six jours en cette fin novembre propose en divers lieux bruxellois une affiche pléthorique et largement intéressante (ainsi découvrirons-nous deux jours plus tard Matthew Herbert à l’Ancienne Belgique). Ce soir, cap sur le VK (Vaartkapoen ou "chapon du canal"...), petite salle excentrée qui jadis fit les beaux jours de l’indie et de la britpop et s’est depuis lors largement reconvertie dans ce qui aujourd’hui ramène du public : l’électro sous toutes ses facettes. Assistance assez clairsemée, ce qui nous surprend mais offrit des conditions tout à fait correctes pour apprécier le joli plateau du soir.

En guise de hors-d’oeuvre, Walls fut impeccable. Dans une pénombre prononcée, devant un écran diffusant des projections simples mais agréables, Alessio Natalizia et Sam Willis prennent place au centre de la scène, l’un aux machines et l’autre à la guitare. Piochant dans leurs deux très bons albums, Walls (2010) et Coracle (2011) - également parus chez Kompakt -, ils délivrent une subtile mixture assez calme, presque psyché-folk, associant textures électroniques prégnantes mais discrètes et délicat jeu de guitare. Douce ambiance assez onirique, soyeuse, avec juste ce qu’il faut de rythmiques pop veloutées de temps à autre. Ils sont rejoints sur le dernier morceau par les deux musiciens "secondaires" de The Field, ce qui constitue une agréable surprise. Les titres du duo, délicats et finement ciselés, charment l’oreille, à l’image de leurs disques, sans que pour autant nous partagions l’enthousiasme ébouriffant qui en a, chez d’aucuns, accompagné l’apparition.

Après une courte pause, Axel Willner et ses deux comparses font leur entrée. On constate d’emblée qu’ils s’adressent à un public déjà conquis, dont nous faisons partie. From Here We Go Sublime est un disque assez magistral, force est de l’admettre, et si avec Yesterday And Today ils ont semblé accuser une légère baisse de régime, ils emportent à nouveau une franche adhésion avec le jouissif Looping State Of Mind, qui vient de sortir. Le seul petit reproche qu’on pourrait leur faire est de ne guère se renouveler ; la recette mise en oeuvre depuis quatre ans, éprouvée, demeure à l’ordre du jour. Morceaux longs et amples, alternance de boucles et de brèves nappes envoûtantes, agrémentées d’une guitare assez effacée ou de bruitages divers, variations plus ou moins prononcées, le tout charpenté par une batterie qui contribue pleinement à signer la marque de fabrique du trio. Privilégiant à peine leurs titres les plus récents (dont le splendide Arpeggiated Love, mais les morceaux marquants plus anciens ne sont pas oubliés), le trio nous emmène pendant plus d’une heure dans un voyage "trippant" fait de longues pièces savoureuses que l’on déguste les yeux mi-clos, conquis par ce mélange original - quoiqu’un brin répétitif, donc - de textures électroniques et d’une batterie on ne peut plus percutante. En comparaison avec le concert de 2008, qui avait lieu dans l’antre dédié au clubbing des Ten Days Off gantois, la prestation de ce soir s’est avérée tout autant musclée, mais aussi plus introspective par moments.

C’est donc à une bien agréable rencontre avec deux très talentueux représentants de la vénérable écurie Kompakt que nous avons, avec bonheur, assisté.

Gilles Genicot
le 27/11/2011

À lire également

25/07/2008
Festival 10 Days Off (...)
(Vooruit)
22/09/2012
Bozar Electronic Arts
(Bozar)