Tomutonttu / él-G / Helm

 date du concert

03/12/2011

 salle

Olympic Café,
Paris

 tags

él-g / Helm / Le Non_Jazz / Olympic Café / Tomutonttu

 liens

él-g
Le Non_Jazz
Olympic Café
Tomutonttu

 dans la même rubrique
15/09/2016
Quentin Sirjacq
(Maison Rouge)
05/09/2016
Chris Watson
(Fondation Cartier)
24/08/2016
Spring.Fall.Sea
(Pop In)
14/07/2016
Concert-surprise
(Blockhaus DY10)

Pour l’étape parisienne de leur tournée, Helm, él-G et Tomutonttu s’arrêtaient à l’Olympic Café, lieu de la Goutte d’Or qui ne nous avait pas habitués à une telle programmation mais qui se rattrape depuis quelques semaines qu’il est investi par le Non_Jazz et ses plateaux à l’identité assez marquée. Précisément, cette soirée allait être l’occasion de croiser trois styles défendus par la structure parisienne.

Dans une salle très remplie, Helm débuta après 21h en posant une base faite d’un drone vrombissant assorti de fréquences plutôt aigues et de petites notes. Luke Young (par ailleurs moitié de Birds Of Delay) fit progressivement monter en puissance l’ensemble jusqu’à complètement emplir l’espace sonore. Néanmoins, on regretta un certain manque de renouvellement dans sa prestation qui, du coup, parut un rien trop longue.

Le temps que le public sorte afin de faire de la place en ôtant quelques rangées de sièges et on retrouva él-G sur la petite scène. Également assis derrière ses machines, le Français réalisait collages sonores et autres constructions un peu foutraques en apparence. Mêlant sa voix à ses instrumentaux, il proposa ainsi une forme d’électronique entre pop et aspect plus expérimental.

Ce fut ensuite au tour de Tomutonttu de s’installer et de faire immédiatement lever le public. En effet, la musique de Jan Anderzen diffère de celle de Kemialliset Ystävät et Tuusanuuskat (deux des groupes auxquels il appartient et déjà évoqués dans ces pages) puisqu’en lieu et place d’un free-folk ou de quelque chose de plus psyché, le Finlandais livra une electronica poppy aux consonances 8-bits. Rythmiques enjouées, vite balancées et mélodies sympathiques ravirent ainsi l’assistance au sein de laquelle quelques-uns esquissèrent des pas de danse tandis que d’autres haranguaient la foule. Bref, chacun était globalement content du set proposé même si on aurait pu espérer un tout petit plus d’ambition.

François Bousquet
le 05/12/2011

À lire également

30/01/2009
Birds of Delay / Emeralds
(Instants Chavirés)
V/A
Err on the Good Side
(Three:Four Records)
Tuusanuuskat
Nääksää Nää Mun Kyyneleet
(Fonal)
11/02/2006
Festival FatCat 2006 (...)
(België)