Jérémie Mathes

Gjöll

(Basses Frequences)

 date de sortie

06/04/2011

 genre

Electronique

 style

Ambient / Drone

 appréciation

 écouter

Sylgr (extrait MP3)

 tags

Ambient / Basses Frequences / Drone / Jérémie Mathes

 liens

Basses Frequences
Jérémie Mathes

 autres disques récents
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)
(ghost)
The First Time You Opened Your Eyes
(Sound in Silence)

Nous ne savons absolument rien de Jérémie Mathes alors que nous mettons cet album sur notre platine (un vieil objet qui servait autrefois à écouter des disques), et guère plus au moment d’écrire ces premières lignes... Très certainement français, Jérémie signe ici son deuxième album après le CDR Árset publié par le label belge Mystery Sea, une structure très proche de Basses Fréquences puisque l’on y retrouve Celer, Yui Onodera, Aidan Baker, mais aussi Troum ou Moljebka Pvlse.

On commence à bien connaître le label français, spécialisé dans les productions ambient, tendance drone. On n’y échappe pas ici, Jérémie Mathes est d’ailleurs bien ancré dans le genre, mais il nous surprend avec Svöl en guise d’ouverture, parcouru par des percussions improvisées qui trouvent naturellement leur place au milieu de nappes fantomatiques et résonances métalliques. On comprend alors pourquoi l’album s’intitule Gjöll, puisque outre le fait que ce disque soit inspiré par la mythologie scandinave, ce terme signifie "résonnant" en norrois, une vielle langue nordique.
Les 14mn de Fjörm nous immergent merveilleusement dans cet univers à la fois mystique, étrange, inquiétant et merveilleux, croisant tintements et résonances limpides avec des tournoiements lugubres et autres ronronnements qui semblent venus du fin fond de la terre.

Composé avec trois bouts de ficelle (résonance de portes métalliques, luth cassé, cymbales, banjo, objets trouvés et field recordings), Gjöll force le respect de part la qualité de sa production. Drones amples et riches, extrême finesse des micro-bruitages et toujours une émotion, une force qui transporte l’auditeur vers un ailleurs, souvent grave et profond (Gunnthra), tandis que Fimbulthul se démarque avec un style particulièrement éthéré, aérien.
On termine avec Sylgr qui à sa manière également sort du lot avec un son très clair, parsemé de tintements minéraux sur de douces oscillations de ronronnements.

Vivement conseillé à tout amateur de drone et plus généralement de musique ambient. Un album riche, aux mélodies délicatement suggérées, et une facilité d’accès rafraichissante.

Fabrice ALLARD
le 30/12/2011

À lire également

Lunar Miasma
Crystal Covered
(Basses Frequences)
Aidan Baker
Blue Figures
(Basses Frequences)
Julien Demoulin & IA
The Bay
(Ronda, Basses Frequences)
Mark Bradley
Absolution
(Basses Frequences)