MINT

The Metronomical Boy

(Boltfish Recordings / Import)

 date de sortie

27/10/2011

 genre

Electronique

 style

Electronica

 appréciation

 écouter

2 morceaux complets en streaming

 tags

Boltfish Recordings / Electronica / MINT

 liens

MINT
Boltfish Recordings

 autres disques récents
Cello + Laptop (Edu Comelles & Sara Galán)
Parallel paths
(Envelope Collective)
Alessandro Bosetti
Der Italienische Manierismus
(CONV)
Kidkanevil
My Little Ghost
(flau)
Mika Vainio
FE3O4 - Magnetite
(Touch)

À ses débuts (2004-2008), MINT multipliait les sorties, notamment des EP, tant et si bien qu’on avait fini par avoir du mal à le suivre. Depuis quelques années, il a fait le choix de réduire sa fréquence, en même temps qu’il passait au long-format. Ainsi, tous les deux ans, il nous propose un nouvel album et c’est donc ce nouveau rendez-vous que nous honorons avec un disque dont le point de départ est une représentation d’enfant trouvée sur une tombe égyptienne en 1932. Ne nous disant pas grand-chose d’un quelconque impact sur les compositions de l’Anglais, cette référence peut donc être occultée au moment de se plonger dans les onze titres du disque.

De surcroît, Murray Fisher n’a pas attendu l’évocation d’une gravure d’enfant pour proposer des morceaux aux consonances ludiques, ce dont témoignent à nouveau quelques-unes des plages de l’album servies par des mélodies légères et éléments primesautiers (Ina’s Special Day, Interluded, Learning To Walk). À côté de celles-ci, plusieurs titres baignent dans une mélancolie certaine (l’arythmique Darker Than A Beginning et son piano, le caudal Air Chamber) tandis que d’autres proposent des incursions vers le dub (Letting Go Quietly) ou des entrelacs plus ambitieux (Cypher et sa polyrythmie).

À vouloir ainsi diversifier son propos, MINT en vient malheureusement à livrer des morceaux moins convaincants, limite paresseux, à l’image d’un Cartouche dont les synthés se perdent en réminiscences 80’s. En définitive, loin des disques (trop) homogènes qu’il pouvait offrir par le passé, le Britannique opère ici sur un plus large spectre, avec des réussites diverses certes, mais une (légère) prise de risques assurément.

François Bousquet
le 18/01/2012

À lire également

Polestar
End Of An Era (EP)
(Boltfish Recordings)
Polestar
Space Expanses
(Boltfish Recordings)
David Newlyn
Xerox Days (EP)
(Boltfish Recordings)
MINT
Sketches in Crayon (EP)
(Laced Milk Technologies)