BJ Nilsen & Stilluppsteypa

Big Shadow Montana

(Helen Scarsdale Agency / Metamkine)

 date de sortie

20/05/2011

 genre

Electronique

 style

Ambient / Expérimental / Psyché Rock

 appréciation

 écouter

Big Shadow Montana part 2 (extrait, Flash)

 tags

Ambient / BJ Nilsen / Expérimental / Helen Scarsdale Agency / Psyché Rock / Sigtryggur Berg Sigmarsson / Stilluppsteypa

 liens

BJ Nilsen
Stilluppsteypa
Helen Scarsdale Agency

 autres disques récents
Matt Christensen
Honeymoons
(Miasmah)
Giulio Aldinucci
Goccia
(Home Normal)
Automatisme
Momentform Accumulations
(Constellation)
Gratuit

(Ego Twister)

Après un passage chez Editions Mego, le temps de sortir Man From Deep River (2009) et Space Finale (2010), le trio formé par BJ Nilsen et les deux islandais de Stilluppsteypa revient chez Helen Scarsdale Agency avec ce vinyle qui nous réserve quelques surprises.

Big Shadow Montana est composé de deux pièces de 22-23mn qui nous permettent de retrouver les caractéristiques de la musique du trio. Une dominante ambient qui s’étend à perte de vue, créée par une accumulation de nappes, souffles et field recordings. C’est ainsi que débute la face A, entre une tempête de sable et des tournoiements fantomatiques, une ambiance sombre, un peu inquiétante qui finit de s’installer avec des coups métalliques lointains, des nappes d’orgues et des incantations, l’ensemble faisant penser à une messe noire.
Les deux pièces se découpent en plusieurs mouvements qui s’enchaînent de façon assez abruptes. On change donc rapidement de registre avec des nappes épurées, proches de chœurs, une superbe montée, quelques séquences un peu plus abstraites et on assiste à la mise en place de boucles de synthés analogiques bouillonnants, pour un final plutôt psychédélique, à l’image de la pochette.

Ce n’est là qu’une mise en bouche, une mise en place de certains composants dont l’assemblage nous parait optimisé sur la face B. Les drones soufflants qui servent d’introduction apparaissent plus francs, plus affirmés, et puis voici qu’une mélodie sort de nul part, croisant synthé et orgues feutrés, comme échappées des années 70, voire d’un album de Klaus Schulze. Boucles entêtantes pour un trip légèrement psyché, mélodies de toute beauté, mais c’est avec un retour de drones et sifflements intersidéraux que l’album s’achève.

La qualité du travail de BJ Nilsen & Stilluppsteypa est sans faille. Nous avons là un album que les fans ont certainement déjà acheté, mais qu’il n’est pas trop tard de découvrir.

Fabrice ALLARD
le 08/01/2012

À lire également

Hazard
Wind
(Ash International)
BJ Nilsen
The Short Night
(Touch)
05/09/2004
Festival La Bâtie 2004 :
(Cathédrale St Pierre)
17/02/2013
Sigtryggur Berg Sigmarsso
(Espace En Cours)