De l’émergence du Phénix

 date

du 25/11/2011 au 20/01/2012

 salle

Centre Culturel Irlandais,
Paris

 appréciation
 tags

Centre Culturel Irlandais / Dennis McNulty

 liens

Dennis McNulty
Centre Culturel Irlandais

 dans la même rubrique
du 26/04/2017 au 14/08/2017
Walker Evans
(Centre Pompidou)
du 01/07/2017 au 20/08/2017
Laurent Pernot : Pas de Rose pour l’Infini
(Passage Sainte-Croix)
du 18/05/2017 au 23/07/2017
Kaye Donachie : Sous les nuages de ses paupières
(Le Plateau / FRAC Île-de-France)
du 23/05/2017 au 01/07/2017
Ida Tursic & Wilfried Mille : Bianco Bichon, Nero Madonna, e (...)
(Fondation d’entreprise Ricard)

Aux expositions collectives, ces pages font parfois le reproche d’être éloignées de leur sujet supposé et de ne tracer qu’un lien trop ténu entre les artistes et œuvres présentées. Avec De l’émergence du Phénix, le Centre culturel irlandais échappe assurément à cette critique puisque les pièces des six créateurs exposés tournent bien autour de divers volatiles, voire de cet oiseau mythologique.

Saisis en plein vol (le fou de bassan de Gannet) ou posés sur le dos (les pinsons en bronze sous vitrine de Three Finches), les oiseaux de Dorothy Cross nous transportent dans une mini-dépendance d’un muséum d’histoire naturelle tandis qu’à l’inverse, le colibri de Jaki Irvine se révèle être bien vivant, filmé en train de papillonner gentiment sur un balcon de Mexico City.

JPEG - 12 ko
Rhona Byrne - Narrating Land, Sky and Sea
(courtesy de l’artiste)

Plus évanescente, la peinture de William McKeown est censée représenter une nuée d’étourneaux mais on y voit surtout un camaïeu de gris. Comme le phénix qui renaît de ses cendres, Rhona Byrne nous propose un passage au crématorium qui aurait pu s’avérer déplacé sans la dernière des trois photographies de cette série, dans laquelle la toiture du lieu prend des airs de piste d’envol (pour l’âme des défunts comme pour l’oiseau de feu ressuscité).

JPEG - 25.7 ko
Dennis McNulty - Flexible units/still
(courtesy Green on Red, Dublin)

Avec leurs formes plus abstraites et métaphoriques, Mark Garry et Dennis McNulty réalisent enfin des œuvres tout à fait convaincantes. Du minimalisme très travaillé de l’origami en forme d’oiseau réalisé avec une feuille de sycomore du premier, au grand format aérien, à base de tuiles en polypropylène, du second, le geste sait de toute évidence se faire léger et pertinent.

François Bousquet
le 15/01/2012

À lire également

21/06/2005
Dennis McNulty, Paul (...)
(Centre Culturel Irlandais)
du 16/05/2007 au 13/07/2007
Richard Gorman : Oeuvres
(Centre Culturel Irlandais)
du 12/03/2010 au 23/04/2010
Niamh O’Malley : Frame,
(Centre Culturel Irlandais)