Natacha Lesueur : Zakouski

 date

du 02/12/2011 au 29/01/2012

 salle

Arsenal,
Metz

 appréciation
 tags

Arsenal / Natacha Lesueur

 liens

Arsenal

 dans la même rubrique
du 23/06/2016 au 11/09/2016
Mika Rottenberg
(Palais de Tokyo)
du 08/06/2016 au 29/08/2016
Un Art Pauvre
(Centre Pompidou)
du 01/06/2016 au 15/08/2016
Melik Ohanian : Under Shadows
(Centre Pompidou)
du 14/05/2016 au 04/09/2016
Christian Hidaka : Desert Stage
(Grand Café)
JPEG - 19 ko
Sans Titre
(courtesy Galerie Charlotte Moser)

Photographe jadis récompensée par le Prix Fondation d’Entreprise Ricard, Natacha Lesueur aime réaliser des compositions mêlant des parties du corps humain à d’autres éléments. Cette fois-ci, ce sont des aliments qui se trouvent au centre de ces combinaisons et la Française témoigne d’une volonté apparente d’ennoblir la nourriture quand elle en fait des accessoires de mode ou de maquillage. Pour ce faire, elle orne des bas de divers crustacés ou réalise des coiffures sophistiquées avec de la pâtisserie.

JPEG - 16.8 ko
Sans Titre
(courtesy Galerie Charlotte Moser)

Ses photographies peuvent aussi figurer des éléments naturels en disposant des purées de légumes en forme de montagnes, en créant des petits volcans ou des dunes. En revanche, Natacha Lesueur se fait nettement moins pertinente quand elle confectionne un peu lourdement une forme de catachrèse gastronomique avec ce pied de salade (une belle salade avec un pied humain en son centre).

JPEG - 19.3 ko
Sans Titre
(courtesy Galerie Charlotte Moser)

Aliments et nourriture sont également pris comme des éléments organiques, et lorsque cet organique s’amalgame à l’organique humain, les substances s’apparentent à des sécrétions ou humeurs : de la gelée rouge coule sur le nez, de la confiture violette sort de la bouche et de la pulpe de fruit suinte d’une oreille. Un peu dérangeants, ces clichés trouvent néanmoins une belle voie entre réalisme et fantastique. De manière plus générale, les couleurs un peu saturées des photos de Natacha Lesueur soulignent le caractère fabriqué et non naturel des sujets, confortant le visiteur dans son appréhension d’une ensemble très mis en scène.

François Bousquet
le 18/01/2012

À lire également

du 14/10/2009 au 11/01/2010
Les Archipels réinventés
(Centre Pompidou)