Deison

Night Sessions

(Silentes Minimal Editions / Import)

 date de sortie

30/05/2011

 genre

Electronique

 style

Ambient

 appréciation

 écouter

2 titres complets (Soundcloud)

 tags

Ambient / Deison / Franck Vigroux / Philippe Petit / Scanner / Silentes Minimal Editions / Teho Teardo

 liens

Scanner
Franck Vigroux
Philippe Petit
Teho Teardo
Silentes Minimal Editions
Deison

 autres disques récents
Giulio Aldinucci
Goccia
(Home Normal)
Automatisme
Momentform Accumulations
(Constellation)
Gratuit

(Ego Twister)
Resina
s/t
(130701)

Deison est un artiste italien, anciennement membre du duo industriel Meathead, dont le travail actuel est à la frontière de la noise et de l’ambient. Si son précédent album, en duo avec K.K. Null possédait un son affirmé, c’est clairement du côté de l’ambient que l’on classera cette nouvelle production.

Comme son titre l’indique, Night Sessions a été enregistré lors de sessions nocturnes, avec pour fil conducteur la perception que l’on a, la nuit, de sonorités dont on ne fait pas attention en journée. Si Deison est le principal maître d’œuvre, Night Sessions est en fait le fruit de nombreuses collaborations qui contribuent à la richesse de l’album.
Passé les tournoiements de basses de Senza Spazio, Deison poursuit en solo avec un Sleepless Train que l’on croirait extrait d’un album de Biosphere : minimalisme, pulsations de basses, et field recordings de hall de gare. Malheureusement les compositions solo de Deison ne sont souvent que des interludes qui ne nous permettent pas d’apprécier pleinement son travail.

Dans un registre purement ambient, on saluera par contre sa collaboration avec Scanner sur Bleeding Silence, une ambient-dub, inquiétante dont les voix nous donnent l’impression que Robin Rimbaud a renoué avec ses captations d’ondes radio. Autre belle réussite avec Franck Vigroux pour des ambiances futuristes sur No Suggestions, largement marqué par des bruits de machines et messages en morse, tandis qu’avec Philippe Petit le résultat est plus sombre, à la fois étouffant et moite sur Anything At All.
Il est intéressant par ailleurs d’apprécier le résultat de collaborations avec des artistes venant d’autres univers. C’est le cas notamment de Jim Coleman et Testing Vault dont les influences industrielles sont facilement identifiables sur Hidden Orchestra et Black Light : drones puissants, voix menaçantes, ou plus sobrement l’apparition d’une basse profonde. Teho Teardo systématise quant à lui l’utilisation de guitares sur deux titres avec deux approches différentes : répétition à outrance sur un Swan Crash Two Die influencé par Steve Reich, et mélodies nostalgiques crépitantes sur Morning Blues.

L’album se termine par deux longues pièces, répétitives et hypnotiques. Avec Under the Snow (duo italien habitué du label Silentes) Deison croise violoncelle, cliquetis et souffles métalliques, entre néoclassique et musique industrielle. Il conclue en solo avec une pièce de 11mn d’une ambient linéaire, cotonneuse et ronronnante, ponctuée de craquement réguliers.

Une production assez atypique mais un excellent résultat pour amateurs d’ambient en tout genre.

En écoute, le Bleeding Silence en collaboration avec Scanner.

Fabrice ALLARD
le 29/01/2012

À lire également

15/01/2000
Scanner
(Batofar)
Philippe Petit
Fire-Walking to Wonderland
(Aagoo)
07/05/2012
Mika Vainio + Franck (...)
(Le Générateur)
Reinhold Friedl / Franck Vigroux
Tobel
(Alamuse)