Au loin, une île !

 date

du 10/01/2012 au 11/02/2012

 salle

Fondation d’entreprise Ricard,
Paris

 appréciation
 tags

Amalia Pica / Bethan Huws / Fondation d’entreprise Ricard / Jessica Warboys

 liens

Fondation d’entreprise Ricard

 dans la même rubrique
du 23/05/2017 au 01/07/2017
Ida Tursic & Wilfried Mille : Bianco Bichon, Nero Madonna, e (...)
(Fondation d’entreprise Ricard)
du 21/04/2017 au 25/06/2017
Nina Canell : Dolphin Dandelion
(Crédac)
du 03/02/2017 au 08/05/2017
Emmanuel Saulnier : Black Dancing
(Palais de Tokyo)
du 28/03/2017 au 06/05/2017
Rien ne nous appartient : Offrir
(Fondation d’entreprise Ricard)

Après un premier volet présenté fin 2011 au FRAC Aquitaine, c’est à la Fondation d’entreprise Ricard qu’est montré le second temps d’Au loin, une île !, exposition consacrée à la scène plasticienne du Royaume-Uni. Alors que la partie bordelaise offrait des œuvres allant jusqu’aux années 1970, le pendant parisien se concentre sur des productions plus récentes bien qu’émanant d’artistes pas forcément jeunes.

JPEG - 11.8 ko
Bethan Huws - Boat (Boat Vitrine of Ten Boats)
(courtesy Galerie Yvon Lambert)

Puisqu’il faut bien traverser la mer pour arriver à cette île, plusieurs d’entre eux travaillent cette question et opèrent dans le champ lexical maritime. Uriel Orlow met ainsi en place une installation narrant l’immobilisation de cargos sur le canal de Suez, Amalia Pica se représente, sur une grande photographie, face à la mer, un mégaphone à la main, Susan Hiller regroupe des agrandissements de cartes postales de mers déchaînées et Bethan Huws met en vitrine des petits bateaux réalisés à partir de jonc tressé.

JPEG - 13.3 ko
Jessica Warboys - Snake in a basket

Le rideau imprimé de Marc-Camille Chaimowicz peut également être lu comme une sorte de frontière tandis qu’on croise plus loin un nouveau mélange réussi entre bois et toile de Jessica Warboys. Enfin parvenu sur l’île, on peut y retrouver un appartement tel que celui figuré par Gail Pickering qui, sur une maquette d’un intérieur anglais, diffuse une fiction mettant aux prises une famille d’immigrés indiens.

Prise dans son ensemble, l’exposition peine pourtant véritablement à faire naître le sentiment d’une scène cohérente ; néanmoins, un tel objectif était sans doute irréalisable, voire pas forcément souhaitable car la diversité s’avère assurément une force.

François Bousquet
le 29/01/2012

À lire également

du 18/02/2016 au 30/04/2016
Sur le Motif
(Maison d’art Bernard (...))
du 22/03/2016 au 07/05/2016
Dove Allouche : Mea (...)
(Fondation d’entreprise)
du 28/02/2014 au 11/05/2014
Bruno Peinado : L’Écho /
(HAB Galerie)
du 06/09/2013 au 02/11/2013
La Vie Matérielle
(Fondation d’entreprise)