OFF Love / Balam Acab / oOoOO / Holy Other

 date du concert

10/02/2012

 salle

Point Ephémère,
Paris

 tags

Holy Other / OFF Love / oOoOO / Point Ephémère

 liens

Point Ephémère
Holy Other
oOoOO
OFF Love

 dans la même rubrique
29/11/2016
Moskus
(Maison de Norvège)
07/11/2016
Melmac
(Pop In)

En janvier, on profitait des soldes de début d’année pour acheter quelques disques du label Tri-Angle, parmi lesquels deux EP de oOoOO et Holy Other. Cette soirée tombait donc à point pour découvrir ces artistes en live.
Une soirée étonnante, qui affichait complet lorsque nous arrivions au Point Éphémère. Par contre on se rendra compte au fil de la soirée que de nombreux spectateurs ne savaient pas qui était en train de jouer. Certainement la faute à cette scène witch house aux artistes masqués, qui semblent faire un tabac tout en étant finalement peu connus, se révélant bien souvent avec quelques MP3 et vidéos qui font le tour du net.

JPEG - 59.6 ko
OFF Love

En plus des trois artistes signés chez Tri-Angle, nous avions un invité chargé d’ouvrir la soirée. Vers 20h45 la salle est plongée dans le noir et OFF Love arrive sur scène, lançant sa musique pré-enregistrée sur son laptop avant de passer au chant. On est d’abord un peu surpris par cette approche qui pioche clairement dans la scène witch house (visage couvert d’un foulard, musique électronique au tempo lourd) tout en y intégrant des éléments complètement décalés. Dans sa façon de bouger, de danser, de chanter, on sent que OFF Love mimique une scène pop/groove/r’nb, qu’il joue avec des codes qui nous font sourire, n’hésitant pas à aller à la rencontre du public. Caché derrière un voile recouvert de taijitus et une voix passée au vocoder, il semble chanter en tête à tête avec les spectateurs du premier rang avant de regagner sa place dans une chorégraphie ralentie.
Un concert d’une vingtaine de minute, étonnant, décalé.

JPEG - 56.7 ko
Balam Acab

21h15, c’est au tour de Balam Acab, apparemment les stars de la soirée à en croire quelques spectateurs, tandis que de notre côté nous n’avions jamais entendu parler de ce projet. A vrai dire, après quelques titres on comprendra un peu mieux pourquoi Balam Acab ne nous disait rien, et on se demandera même ce qu’il font sur le label Tri-Angle.
Initialement projet d’Alex Koone, Balam Acab se présente désormais sous forme de duo avec la présence de Morgan Elizabeth Laubach au chant. À la rigueur, ils partagent avec OFF Love un tempo lent et lourd, mais il n’y a ici aucun jeu de scène, l’un derrière son laptop, l’autre derrière son micro, délivrant des vocalises que l’on trouvera maniérée, frôlant d’insupportables miaulements. Une musique qui se veut onirique et éthérée, mais les deux artistes semblent jouer sur deux plans différents et le mélange n’opère que trop rarement, certainement la faute à un chant un peu trop dépouillé.

JPEG - 50.1 ko
oOoOO

C’était ensuite au tour de oOoOO, la formation que nous attendions le plus. Un peu comme pour Balam Acab, il s’agit du projet d’un seul homme, Christopher Dexter Greenspan, qui travaille avec une jeune femme connue sous le pseudo de Butterclock. Lui, affublé d’une grosse doudoune, restera derrière son laptop. De son côté la jeune femme alternera entre petits réglages sur sa console de mixage, quelques pas de danse, et bien sûr le chant, d’une voix ici parfaitement intégrée et qui n’est sûrement pas pour rien dans le succès de oOoOO. L’exemple parfait est Burnout Eyes, leur tube électro-pop feutré que l’on appréciera ce soir en live.
Le concert se déroule sans accro mais aussi sans surprise. Musicalement cela fonctionne, l’univers à la fois cohérent et varié, suffisamment pour ne pas lasser, mais le duo nous parait distant, et délivre un live trop bien rodé. Un bon set, un très beau final instrumental, mais on n’apprendra malheureusement pas grand chose de plus qu’en écoutant le disque.

Pour la surprise, il fallait attendre 23h15 et l’arrivée sur scène de Holy Other. Lui aussi possède son tube, sous le nom de Yr Love, mais on connaissait surtout l’anglais (expatrié à Berlin) pour ses compositions minimalistes et répétitives. Tout comme OFF Love, il joue visage caché, la tête sans cesse baissée sur sa console de mixage, seul machine visible sur scène. Nous avons affaire ici à l’œuvre d’un producteur, pas de spectacle, rien que la musique, un sujet que je jeune homme maîtrise déjà à merveille. Un sens incroyable de la répétition, du tempo, créant assez rapidement un certain envoutement, une addiction pour ses constructions sans failles.
Le jeune homme se détache avec aisance de son album et nous offre un set de 45mn mêlant influences dub, ambient, et electro minimale nous donnant bien souvent envie de danser.

On partira content du Point Ephémère, pour avoir vu oOoOO, pour avoir découvert OFF Love, pour avoir été complètement conquis par Holy Other que l’on vous conseille de ne pas rater en concert.

Petit extrait du set de Holy Other pour conclure :

Fabrice ALLARD
le 04/03/2012