Andrea Belfi

Wege

(Room40 / Import)

 date de sortie

08/02/2012

 genre

Electronique

 style

Expérimental

 appréciation

 écouter

A (morceau complet via SoundCloud)

 tags

Andrea Belfi / Expérimental / Room40

 liens

Andrea Belfi
Room40

 autres disques récents
Luminance Ratio
Honey Ant Dreaming
(Alt.Vinyl)
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)

Après avoir évoqué deux albums partagés et un concert où il officiait au sein d’un trio, ce n’est qu’avec son quatrième album solo que ces pages recensent le travail solitaire d’Andrea Belfi. En fait de travail solitaire, il faut immédiatement relever qu’il n’y en a point ici car, sur chacun des quatre morceaux du long-format, l’Italien se trouve accompagné d’un ou plusieurs comparses, dont une bonne partie nous sont familiers.

Ainsi, on ne sera guère surpris de retrouver Valerio Tricoli, Stefano Pilia, Attilia Faravelli ou Machinefabriek, puisque ces musiciens ont déjà collaboré avec Belfi. En sus, d’autres intervenants sont conviés comme Greg Haines, présent au violoncelle sur un titre, ou six personnes chargées du spoken word sur A. De toute façon, centré sur sa batterie et ses percussions, Belfi ne peut tout faire tout seul et il a alors maintes fois raison de s’entourer de la sorte ; d’autant plus que ces apports extérieurs permettent de donner corps et liant à des compositions qui, sinon, pourraient sembler trop arides, sèches et expérimentales.

À l’inverse, on se retrouve face à un dialogue savant et pertinent entre frappes régulières (des fûts et cymbales) et nappes mises en place par des cordes (le violoncelle d’Haines ou le violon de Stefano Roveda), la guitare de Machinefabriek ou le magnétophone Revox de Tricoli. En outre, la guitare d’Andrea Faccioli sait se faire elle aussi présente, avec ses slides mis à l’avant-plan (B), et faire ainsi basculer le morceau dans quelque chose de probablement plus émouvant. Chaleureux et accueillants, sans rien céder à leur exigence, les quatre morceaux constituent un album dont, compte tenu de sa durée (trente-neuf minutes), on sort trop rapidement.

François Bousquet
le 12/04/2012

À lire également

The Swifter
s/t
(The Wormhole)
Rafael Anton Irisarri
The Unintentional Sea
(Room40)
Chihei Hatakeyama
Mirror
(Room40)
Pierce Warnecke
Memory Fragments
(Room40)