Grouper

 date du concert

23/03/2012

 salle

Gaîté Lyrique,
Paris

 tags

Gaîté Lyrique / Grouper

 liens

Grouper
Gaîté Lyrique

 dans la même rubrique
15/09/2016
Quentin Sirjacq
(Maison Rouge)
05/09/2016
Chris Watson
(Fondation Cartier)
24/08/2016
Spring.Fall.Sea
(Pop In)
14/07/2016
Concert-surprise
(Blockhaus DY10)

Lorsqu’on avait eu connaissance que Grouper allait se produire à la Gaîté Lyrique, on avait plutôt imaginé voir la jeune femme dans l’auditorium, bien confortablement installé dans les fauteuils de la petite salle. En vérité, c’est dans la grande salle que le lieu parisien accueillit Liz Harris, espace peut-être un peu surdimensionné même lorsque l’estrade est escamotée comme c’était le cas ce soir. Ceci dit, cette salle offrit la possibilité d’un travail sur les lumières que ne permet pas l’auditorium, plongeant le public dans une atmosphère bleutée, teintée d’ultra-violets, propre au laisser-aller qu’expérimentèrent quelques spectateurs en s’allongeant à même le sol (on entendit même des ronflements), bercés par la musique de l’États-unienne. Sa date parisienne s’inscrivait dans une tournée destinée à retranscrire sur scène sa dernière sortie discographie en date, Violet Replacement, disque constitué de deux longues plages et paru sur son propre label.

Comme souvent avec ce type de proposition, la traduction live d’un unique album donne lieu à une prestation sans véritable surprise pour qui a pris la peine d’écouter ledit long-format en amont. Ainsi Grouper, debout derrière une table sur laquelle étaient disposées ses machines, nous livra-t-elle un entrelacs de nappes enveloppantes, pas trop sombres et torturées, avec présence de souffles et de quelques bruits d’eau. En revanche, pour qui s’était fié à la description faite par la Gaîté Lyrique (« musique atmosphérique, délicate et touchante », rapprochements avec Beach House et James Blake), pouvait naître une certaine confusion qui expliqua probablement le départ de quelques-uns en cours de route. Si on acceptait de se laisser prendre dans ces textures homogènes (avec toutefois les limites attachées à cette épithète), on passa assurément une petite heure pleine et probante.

François Bousquet
le 26/03/2012

À lire également

V/A
Ambient Not Not Ambient
(Audio Dregs)
Grouper
The Man Who Died In His Boat
(Kranky)
Mirrorring
Foreign Body
(Kranky)
Grouper
Way Their Crept
(Free Porcupine Society)