Peter Broderick

http://www.itstartshear.com

(Bella Union / Cooperative Music)

 date de sortie

20/02/2012

 genre

Rock

 style

Folk

 appréciation

 écouter

Trespassing (mp3 complet)

 tags

Bella Union / Folk / Peter Broderick

 liens

Bella Union
Peter Broderick

 autres disques récents
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)

Trois ans et demi après Home, et pour faire suite à une année 2011 qui l’aura majoritairement vu opérer sur des disques partagés, Peter Broderick livre, avec http://www.itstartshear.com, un album sur lequel il chante sur chaque plage (et qui, comme Home sort sur Bella Union pour l’Europe). Le titre de ce long-format le laissait évidemment augurer : le propos ne se limite pas au support discographique mais se veut un objet plus large avec site internet dédié (l’URL de l’intitulé) sur lequel l’États-unien offre vidéos, explications sur la genèse de chaque morceau et intégralité des crédits de l’album.

Car, en fait d’un disque solo, il s’agit une nouvelle fois pour l’homme de Portland de s’entourer de fidèles compagnons musicaux, Nils Frahm en tête, sollicité pour produire, enregistrer, mixer et masteriser l’album, et naturellement y participer musicalement. De même, on retrouve Friedrich Störmer à la contrebasse et Heather Woods Broderick au chant sur une large partie des morceaux. Pour sa part, Peter Broderick navigue, comme de coutume, du piano au violon, du marimba à la guitare et du célesta aux percussions, chantant sur chacune des dix pièces folk.

Bien que sachant à peu près à quoi s’attendre, on est à nouveau séduit par la capacité de l’États-unien à parvenir, avec autant d’instruments, à mettre en place des instrumentations aussi délicates et aussi peu clinquantes (A Tribute To Our Letter Writing Days). Tout juste pourra-t-on exprimer un léger regret face à des morceaux où sa voix se pare d’une réverbération trop marquée et cherchant trop ostensiblement un caractère aérien (Blue voire Trespassing) et un autre dans lequel violon enlevé, percussion en cadence et « who-oh-oh » s’échangent, comme dans un concert de stade de gentilles formations anglaises (Colin).

Probablement conscient qu’il ne saurait se complaire dans le style folk dépouillé (dans lequel, assurément, il fait merveille : I Am Piano, Everything I Know), Broderick sait aussi faire une parenthèse plus décalée avec It Starts Hear dans lequel le refrain épèle l’URL du titre de l’album, façon chanson publicitaire, se faire quasi-mystique et habité dans Asleep, ses huit minutes et sa chorale de dix-neuf personnes, ou introduire un break avec phrasé hip-hop au milieu de With The Notes On Fire. Avec http://www.itstartshear.com, ses ambitions et récréations, Peter Broderick réussit donc une nouvelle étape importante d’un parcours décidément impeccable.

François Bousquet
le 17/04/2012

À lire également

Peter Broderick
Float
(Type)
Peter Broderick
Colours Of The Night
(Bella Union)
Peter Broderick
These Walls Of Mine
(Erased Tapes)
Oliveray
Wonders
(Erased Tapes)