Jasper TX / :Take :

 date du concert

26/04/2012

 salle

Espace B,
Paris

 tags

:Take: / Espace B / Jasper TX / La Sardine

 liens

Jasper TX
:Take:
Espace B
La Sardine

 dans la même rubrique
15/09/2016
Quentin Sirjacq
(Maison Rouge)
05/09/2016
Chris Watson
(Fondation Cartier)
24/08/2016
Spring.Fall.Sea
(Pop In)
14/07/2016
Concert-surprise
(Blockhaus DY10)
JPEG - 84.2 ko
:take :

Presqu’un an, jour pour jour, après son concert en première partie d’Absent Without Leave, on retrouva :Take : dans ce même Espace B, pour une nouvelle soirée organisée par La Sardine et une nouvelle prestation en support d’un artiste étranger rare en nos contrées francophones. Comme l’an passé, Jérôme Boutinot combina guitare électrique et clavier-séquenceur pour des titres dans lesquels il s’agissait de sampler, puis mettre en boucle, soit de claires mélodies issues de sa six-cordes, soit des suites de notes ou accords du clavier. Utilisant avec ce dernier des fréquences malaisées, le Parisien installait ainsi un contrepoint au caractère "joli" de sa musique que, généralement, on préféra dans ses développements plus conséquents que sur de courts titres. À cet égard, on en vint même à se demander s’il n’aurait pas été préférable de livrer une demie-heure continue ; peut-être pour la suite des aventures musicales du Français puisqu’il semble que ce set soit le dernier sous l’appellation de :Take :.

JPEG - 68.3 ko
Jasper TX

C’était donc la première fois que Jasper TX se produisait sur une scène francilienne, devant une petite trentaine de personnes réunies pour l’occasion, assis derrière une table couverte de quelques machines et muni de la guitare électrique prêtée par :Take :. Au programme, un morceau d’une demie-heure, fait d’une montée progressive en puissance avant un decrescendo final. Comme on pouvait s’y attendre au regard de sa production discographique, le propos du Suédois tenait dans la mise en place d’une ambient assez sombre, faite de nappes de guitare et de crachotements et triturations électroniques. Les textures enveloppantes ainsi créées, doublées de saturations et d’effets, finirent par emplir complètement l’espace sonore avec un gros volume à la clé. Parvenu au sommet de cet édifice, Dag Rosenqvist s’égara peut-être un peu dans un passage démonstratif en grattant frénétiquement les cordes de sa guitare en amont du sillet et du chevalet, avec allers-et-retours énergiques sur son manche, pour un résultat certes visuellement performatif mais musicalement pas complètement décisif, vu l’amas sonore déjà en place. Pour autant, sa prestation témoigna d’un savoir-faire certain dans la construction de ce titre unique et confirma les qualités distinguées sur disque.

François Bousquet
le 29/04/2012

À lire également

The Silence Set
Teeth Out
(Mini50 Records)
:Take: / White/Lichens
Three:Four Split Series - Volume 1
(Three:Four Records)
From The Mouth Of The Sun
Woven Tide
(Experimedia)
V/A
Silva
(Miasmah)