Mika Vainio + Franck Vigroux

 date du concert

07/05/2012

 salle

Le Générateur,
Gentilly

 tags

Franck Vigroux / Le Générateur / Mika Vainio

 liens

Mika Vainio
Franck Vigroux
Le Générateur

 dans la même rubrique
15/09/2016
Quentin Sirjacq
(Maison Rouge)
05/09/2016
Chris Watson
(Fondation Cartier)
24/08/2016
Spring.Fall.Sea
(Pop In)
14/07/2016
Concert-surprise
(Blockhaus DY10)

Très belle affiche ce soir au Générateur, une bien agréable salle de Gentilly, principalement axée sur la performance et l’art contemporain. Nous y avions vu Keiji Haino il y a deux ans (non chroniqué), mais les concerts restant ici occasionnels, nous n’avions pas eu l’occasion d’y retourner.
Cette soirée s’inscrivait dans le cadre du Festival Extension organisé par La Muse en Circuit et qui se poursuit durant tout le mois de mai dans différentes salles de Paris, Ivry, Créteil, Arcueil, etc...

On arrivera devant la salle vers 20h20 où un public encore en nombre limité profite de la douceur printanière. On y retrouve quelques habitués de ce type de concert qui ont fait le déplacement en ce jour de pont. C’est un peu avant 21h que les portes s’ouvrent et que le public s’installe sur des bancs en mousse. Les artistes sont placés en milieu de salle, limitant à sa juste valeur la capacité des spectateurs finalement venu nombreux. C’est donc dans une salle bien remplie (a priori 80-100 spectateurs) que la soirée démarre.
Petit discours afin de présenter la salle, le festival et faire un peu de prévention quant à l’usage des bouchons fournis à l’entrée, puis à 21h les lumières s’éteignent et les deux artistes prennent place. On entre tout de suite dans le vif du sujet avec de gros coups de basses alternant avec des silences. Une rythmique abstraite qui se densifie pour retrouver toute l’énergie qui caractérise ces deux artistes. On retrouvera très régulièrement ces passages bruts, ces rythmes à base de basses débridées qui feront naturellement penser à Pan Sonic, mais le duo prend également le temps de s’attarder sur de longs développements plus expérimentaux.

En effet, passé les martèlements, le duo assemblait drones, résonances, tonalités de machines et martèlements lointains dans de longues dérives dark ambient, inquiétantes, post-apocalyptiques. Jolies sonorités, belles ambiances sur lesquelles on plaquerait bien quelques images. En fin de set, Franck Vigroux se lève de sa chaise et termine debout avec un tempo plus concassé et des sonorités vrillées.
Globalement un très bon concert dont on reprochera juste une certaine prévisibilité avec cette alternance régulière de calme et de bruit. Le public aura vraisemblablement bien apprécié lui aussi, applaudissements nourris et retour du duo pour un petit rappel qui fut lui aussi une excellente surprise, répétitif aux motifs à la fois bruitistes et mélodiques.

Extrait :

Fabrice ALLARD
le 08/05/2012

À lire également

Mika Vainio
Ununquadrium / Vandal
(Raster-Noton)
Mika Vainio
FE3O4 - Magnetite
(Touch)
Deison
Night Sessions
(Silentes Minimal Editions)
28/09/2002
Ryoji Ikeda - Carsten
(Grande Halle de la (...))