Geoff Mullen / Erik Minkkinen / Massacre / You Are The Robot

 date du concert

10/05/2012

 salle

Espace En Cours,
Paris

 tags

Erik Minkkinen / Espace En Cours / Geoff Mullen / Julien Ottavi / Le Non_Jazz

 liens

Erik Minkkinen
Le Non_Jazz
Geoff Mullen

 dans la même rubrique
29/11/2016
Moskus
(Maison de Norvège)
07/11/2016
Melmac
(Pop In)

Schéma assez classique pour cette nouvelle soirée du Non_Jazz : profitant de la tournée d’un artiste plutôt reconnu (Geoff Mullen, ici, auteur d’albums sur Last Visible Dog ou Type notamment), la petite structure a monté un plateau avec des artistes français opérant dans des registres assez divers quoiqu’unanimement expérimentaux.

De fait, le premier duo débuta son set en utilisant un soufflet, comme ceux employés pour attiser un feu de cheminée, afin de créer un son entre rythmique et bruit répétitif pendant que l’autre moitié de You Are The Robot était au clavier. Passés aux guitares, les Parisiens y firent des interventions plutôt aigues et métalliques, dans un ensemble expérimental, improvisé et bardé d’effets.

Place ensuite à un autre duo, guitares et machines cette fois-ci. De part et d’autre d’une table, Massacre et Julien Ottavi (convié pour l’occasion) purent distiller une ambient expérimentale sombre, soulignée par l’absence de lumière (hormis une petite lampe) dans l’Espace En Cours. Torturée, la guitare se trouvait tapée par en-dessous, voyait ses cordes frappées avec des mailloches de Glockenspiel, sa tête et ses chevilles cognées au plafond afin de jouer sur la résonance « blanche » de la réverbération.

Habitué de cette scène, Erik Minkkinen offrit un set court (une quinzaine de minutes) et intense, assis avec sa guitare électrique contre les cordes de laquelle il frotta un objet en métal proche du tournevis, tout en triturant le produit sonore ainsi obtenu. Prestation nerveuse, largement improvisée, noise et ramassée : classiquement efficace, donc.

Enfin, vers 23h30, ce fut le tour de Geoff Mullen pour une prestation davantage ambient et moins expérimentale, en ce sens qu’on eut là un drone, certes acéré, à base de machines et d’éléments pointus, mais le fruit de ceux-ci nous parut plus tenu que certains des passages des concerts précédents. Assis derrière sa table, l’États-unien empilait les couches sonores et emplissait sans peine tout l’espace. Face à cette proposition, certains spectateurs préférèrent quitter la salle tandis que, pour notre part, nous tenions là le set le plus cohérent de la soirée.

François Bousquet
le 16/05/2012

À lire également

V/A
Jingles & Génériques
(PPT/Stembogen)
V/A
Room 106
(Cirque)
04/08/2002
Festival Piratages : (...)
(Guinguette Pirate)
TLone
Vivid Scenes
(Musikexperience Recordings)