Guy Birkin

Symmetry-Breaking

(Runningonair Music / Import)

 date de sortie

11/07/2011

 genre

Electronique

 style

Ambient / Electronica / Expérimental

 appréciation

 tags

Ambient / Electronica / Expérimental / Guy Birkin / Runningonair Music

 liens

Runningonair Music
Guy Birkin

 autres disques récents
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)
(ghost)
The First Time You Opened Your Eyes
(Sound in Silence)

Guy Birkin est un artiste anglais dont le travail porte tout autant sur les aspects graphiques que musicaux. Il est actuellement chercheur à la School of Art & Design de la Nottingham Trent University. Auteur d’une thèse sur la relation qu’il peut y avoir entre la complexité visuelle d’une œuvre et sa qualité artistique, Guy Birkin met maintenant celle-ci en pratique dans le domaine musical, travaillant sur une composition régie par des règles mathématiques et la synthèse granulaire. Il a notamment programmé une méthode de composition d’Arvo Part, dont le résultat est assez étonnant.

Voici le genre d’approche, extrêmement théorique, qui peut rebuter. Pourtant Symmetry-Breaking se révèle facile d’accès, expérimental par sa forme mais mélodique et en lien avec de nombreux styles musicaux (electronica, ambient, glitch) auxquels l’auditeur pourra se raccrocher.
Sur la forme, on s’attachera d’abord à quelques détails, comme le rapport entre le titre de l’album et l’agencement de quelques morceaux. Le disque s’ouvre sur Fourier-Gabor et se termine avec Gabor-Fourier, deux titres qui font allusion au mathématicien Joseph Fourier et au physicien Dennis Gabor dont les travaux ont amené à différentes formes de synthèse sonore. Sur le premier, un drone linéaire semble se désagréger progressivement, se détériorer, tandis que sur le dernier c’est une texture, un souffle bouillonnant, frétillant qui s’assemble en une nappe grave.
Séparant l’album en deux parties, Gravity’s Rainbow est l’axe de symétrie, la pièce miroir. S’ouvrant sur des nappes ambient mélodiques qui sur la longueur finissent par se décomposer, elle reprend progressivement forme, comme si les grains sonores parvenaient à s’agencer et à reconstruire les mélodies d’origine. Guy Birkin s’est amusé à passer les 11 pistes de son album au spectrographe, mettant en évidence sur cette image la symétrie de Gravity’s Rainbow (6eme piste) ou l’opposition des pistes 1 et 11.

Mais passé ces quelques détails, ce que l’on retient c’est avant tout la finesse du travail de l’Anglais, la surprise d’entendre parfois une guitare pointilliste (mélodie de basse sur Bass Drone 6c, micro-frottements des cordes sur Bass Loop 3b), des mélodies lumineuses à base de tintements électroniques (Mirror in the Mirror) et des explosions de crépitements, contrastés et amples, sur Ice Cloud Nine.
L’expérimentation et la recherche deviennent finalement anecdotiques. Qu’elles soient mises au premier plan ou plus suggérées, comme flottantes, les mélodies certainement générées par les machines n’en sont pas moins efficaces, touchantes, enveloppantes.

Symmetry-Breaking est avant tout un disque d’electronica, lorgnant vers l’ambient, parsemées de petits bruitages que l’on pourra qualifier de glitchs, dont la beauté prend le pas sur l’expérimentation. En résumé, il s’agit là d’une expérience réussie.

Fabrice ALLARD
le 13/05/2012

À lire également

Stephen Christopher Stamper
Echoic
(Runningonair Music)
Joe Evans
Ecliptic Plane
(Runningonair Music)
Daniel W J Mackenzie
’Return Written Arrange’
(Runningonair Music)
Guy Birkin
Tintinnabuli Mathematica - Vol. I
(Runningonair Music)