Klive

Sweaty Psalms

(Mille Plateaux / La Baleine)

 date de sortie

01/07/2011

 genre

Electronique

 style

Ambient / Electronica / Expérimental / Field Recordings

 appréciation

 tags

Ambient / Electronica / Expérimental / Field Recordings / Klive / Mille Plateaux

 liens

Mille Plateaux
Klive

 autres disques récents
Luminance Ratio
Honey Ant Dreaming
(Alt.Vinyl)
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)

Il ne s’agit pas vraiment d’une nouveauté, puisque Sweaty Psalms est un album sorti en 2008 par son auteur, l’islandais Úlfur Hansson. Il reçoit alors un excellent accueille critique mais le succès reste local. C’est lors d’une tournée en Allemagne, en première partie de Kira Kira que Klive signe chez Mille Plateaux, donnant une seconde chance à son premier album solo.
Úlfur Hansson est un tout jeune musicien qui semble chercher sa voie. Il joue au sein du groupe de black métal Swords of Chaos, il vient tout juste de sortir un nouvel album très electronica en tant que Úlfur (White Mountain, Kimi Records), et il a accompagné Jónsi (chanteur de Sigur Rós) durant ses tournées.

Sweaty Psalms est donc une œuvre déjà ancienne pour l’Islandais qui faisait déjà preuve ici d’un certain talent. On pourra s’étonner de trouver cet album chez Mille Plateaux puisqu’il s’agit certainement de l’un des disques de leur catalogue qui possède la tonalité la moins électronique. Plutôt que d’utiliser des sons issus de machines, l’Islandais travaille énormément à partir d’enregistrements sonores qu’il triture, déforme et agence.
L’album possède un son particulièrement touffu, il fourmille d’une multitude de sonorités hétéroclites et de superpositions de boucles, principalement rythmiques. On a parfois l’impression d’être prisonnier d’un kaléidoscope sonore, marqué par des rythmiques tribales et des flutes virevoltantes sur le très psyché Don’t Give Up The Ghost dont les percussions ont été enregistrées lors de manifestations devant le parlement islandais durant la crise de 2008. Ce travail essentiellement basé sur les samples pourra faire penser à Matthew Herbert ou Matmos, à la fois organique et mécanique sur un Mardi Gras lancinant, sonnant comme une fête triste.

Cependant, l’album est riche en tonalités. On passe d’une electronica électroacoustique (Giants) à une ambient minimale et bucolique (Wailing Corpuscles), de collages expérimentaux (Sweaty Psalms) à une psyché pop qui n’est pas sans rappeler Animal Collective (Sundance), en passant par un trip-hop alambiqué avec grooves vocaux maniérés et douceur des cuivres sur Common Wealth.
On notera un certain nombres de différences entre cette version 2011 et le disque d’origine, avec notamment un titre comme Swoon qui apporte un peu d’air avec une electronica très douce, presque ambient, une rêverie qui n’est pas sans rappeler l’univers de Boards of Canada. Dans un style proche, l’album se termine sur les nappes flottantes et textures crépitantes de Vultures, tout en douceur.

Sweaty Psalms est un premier essai d’un jeune artiste déjà plein de talent. On essayera de suivre si l’essai est transformé lors de ses prochaines productions.

Fabrice ALLARD
le 13/05/2012

À lire également

Kabutogani
Bektop
(Mille Plateaux)
V/A
Clicks & Cuts 5.0 - Paradigm Shift
(Mille Plateaux)
Vladislav Delay
Anima
(Mille Plateaux)
Ametsub
The Nothings of The North
(Mille Plateaux)