Kim Cascone

The Knotted Constellation (Fourteen Rotted Coordinates)

(Monotype Records / Metamkine)

 date de sortie

18/07/2011

 genre

Electronique

 style

Ambient / Glitch / Field Recordings

 appréciation

 écouter

The Knotted Constellation (extrait MP3)

 tags

Ambient / Field Recordings / Glitch / Kim Cascone / Monotype Records

 liens

Kim Cascone
Monotype Records

 autres disques récents
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)
Monty Adkins
Unfurling Streams
(Crónica Electronica)
Dakota Suite | Vampillia
The Sea Is Never Full
(Karaoke Kalk)

Américain, Kim Cascone est une figure mythique de la musique électronique, créant notamment le label Silent en 1986, qui publiera par la suite des artistes tels que The Hafler Trio, Psychic TV, ou David Kristian. Plus proche de nous, il est connu pour avoir créé la mailing list Microsound, lieu d’échange et de discussion sur les musiques électroniques, tendance ambient et glitch.
Avec Anti-Musical Celestial Forces publié fin 2009 sur le label Störung, on fut surpris par son intérêt pour les field recordings, une voie qu’il poursuit encore aujourd’hui.

The Knotted Constellation est en effet très proche de Anti-Musical Celestial Forces, tant sur le fond que sur la forme. L’album n’est constitué que d’une seule piste d’une trentaine de minutes, composée d’un collage, ou plutôt d’une succession de séquences qui sont tour à tour des field recordings, des manipulations d’enregistrements, ou des sons générés par machines et logiciels. Chacune de ces séquences est brièvement séparée par ce que l’artiste appelle un "digital black", sorte de glitch symbolisant une remise à zéro, un zapping, une téléportation vers un nouveau lieu.

Les sons ont été captés un peu partout, aux États-Unis et en Europe, de Los Angeles à New-York, de Malaga à Vilnius en passant par Berlin. L’album s’ouvre sur l’enregistrement de cloches au loin qui, dans un deuxième temps se voient triturée par les machines, jouées à l’envers. Petit craquement dans le haut-parleur, et puis on change de lieu. Une ambiance aquatique qui sera assez récurrente, l’artiste travaillant avec plusieurs hydrophones, puis des sonorités micro-électroniques et grincements acoustiques, bruitages mécaniques, crépitements et ondes radio perturbées, écoulement d’eau dans une bassine métallique, vol d’hélicoptère, et tintements évoquant un jeu sur bols tibétains sur une séquence qui se révèlera être la plus mélodique de l’album. On navigue entre le très concret à l’image de cette annonce de départ d’un TER dans une gare de nos régions et le mystérieux, comme ce cri d’animal, proche d’un rire.

Kim Cascone donne l’impression de rassembler ici tout ce qu’il aime puisque l’on retrouve son attrait pour les micro-sonorités et l’ambient (joli final de cordes électroniques), et chaque séquence possède une beauté propre. Mais l’album laisse un petit sentiment d’inachevé, de compilation un peu facile de séquences hétéroclites. Ce sera à l’auditeur d’y trouver sa cohérence... ou pas.

Fabrice ALLARD
le 17/05/2012

À lire également

Z’EV + Jason Kahn
Intervals
(Monotype Records)
Alexei Borisov & Olga Nosova & Dave (...)
Borinosophil
(Monotype Records)
Acker Velvet
Carbon & Chairs
(Monotype Records)