Raoul Sinier

Guilty Cloaks

(Ad Noiseam / Internet)

 date de sortie

20/07/2011

 genre

Electronique

 style

Electro / Pop

 appréciation

 écouter

4 titres (flash)

 tags

Ad Noiseam / Electro / Pop / Raoul Sinier (Ra)

 liens

Raoul Sinier (Ra)
Ad Noiseam

 autres disques récents
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)
Monty Adkins
Unfurling Streams
(Crónica Electronica)
Dakota Suite | Vampillia
The Sea Is Never Full
(Karaoke Kalk)

Il y a quelques années de cela, on vous parlait du premier album de Ra. C’était en 2005, l’album était intitulé Raoul Loves You, et c’est ce même Raoul Sinier qui en était l’auteur. Proche de la famille dDamage / Tsunami Addiction, il a depuis sorti trois autres albums et divers maxis chez Planet Mu ou Tigerbeat6. L’artiste a énormément évolué depuis son premier album, nous en avions eu un petit aperçu lors d’un mini-concert fin 2009 à la Maroquinerie mais Guilty Cloaks est l’occasion de faire le point sur cette évolution.

Depuis 2008, Raoul Sinier reste fidèle à Ad Noiseam où l’on est surpris de le retrouver puisque l’on gardait de ce label une image très électro-indus avec des artistes tels que Somatic Responses, CDatakill ou encore Scorn. La surprise est d’autant plus grande qu’avec le temps la musique de Raoul Sinier semble avoir gagné en douceur.
Dès l’intro de ce cinquième album, logiquement nommé Overture 5, de douces mélodies minimaliste prennent place sur une rythmique très classique. Belle ambiance, aérienne, ample, à la fois pop et cinématographique. On entre véritablement dans l’album avec She is a Lord qui nous permet de retrouver son jeu rythmique, extrêmement dense, déluge de laptop et cassures avant d’embrayer sur un chant étonnant, un peu en retrait, tantôt haut perché, tantôt sombre aux influences cold wave tandis que les boucles mélodiques s’entremêlent. Le résultat est bluffant, un véritable tube pop qui vous reste dans la tête sur un tempo qui vous donnerait presque envie de danser.

Ce titre n’est pas un cas isolé puisque Guilty Cloaks est parsemé de ces petites perles électro-pop écrites par lui-même ou quelques amis. Nemanja Dragicevic s’est chargé de l’entêtant Over the Table, peut-être notre titre préféré : quelque chose de connu dans cette voix aérienne, beauté sombre du refrain, tintements mélodiques lumineux et basses nasillardes. Beau. Dans un registre similaire, Sylvie Frétet est l’auteur de The Enlightened Man dont la voix rappelle ici Depeche Mode avant de partir dans des envolées épiques.
Les instrumentaux ne sont pas abandonnés pour autant. On y retrouve l’esprit de Raoul Sinier, allant droit au but, alliant mélodies efficaces et expérimentations rythmiques dans des pièces particulièrement épiques (Winter Days). C’est aussi l’occasion de tester d’autres choses en mettant la guitare plus en avant sur un Flat Streets au parfum 70s, des ambiances décalées que l’on retrouve également sur Summer Days.
L’album se termine avec Walk, une rythmique martelée qui marche droit et là voix nous rappelle ici Jimmy Sumerville, toujours sur les cimes, douce et enlevée.

Un superbe album, surprenant par son efficacité, rempli de tubes, finalement très pop tout en intégrant les codes des musiques électroniques en général.

Le clip de She is the Lord :

Fabrice ALLARD
le 19/05/2012

À lire également

Magwheels | Stone Glass Steel
Pane
(Ad Noiseam)
V/A
Hipothetik Disaster
(Hip Notik Records)
14/11/2009
Let’s Kiss & Make (...)
(Maroquinerie)
Cordell Klier
Winter
(Ad Noiseam)