Mika Vainio

Life ( ... It Eats You Up)

(Editions Mego / La Baleine)

 date de sortie

26/07/2011

 genre

Electronique

 style

Expérimental / Industriel / Minimal / Noise

 appréciation

 écouter

Open Up and Bleed (MP3)

 tags

Editions Mego / Expérimental / Industriel / Mika Vainio / Minimal / Noise

 liens

Mika Vainio
Editions Mego

 autres disques récents
Matt Christensen
Honeymoons
(Miasmah)
Giulio Aldinucci
Goccia
(Home Normal)
Automatisme
Momentform Accumulations
(Constellation)
Gratuit

(Ego Twister)

On ne présente plus Mika Vainio, on ne ferait que répéter ce que l’on a déjà pu écrire à de multiples reprises par ici. Le Finlandais semble n’avoir jamais été autant actif que depuis la fin (définitive ?) de Pan Sonic. Sa trajectoire est maintenant plus difficile à définir, continuant à faire des concerts très "rythmique-noise", multipliant les collaborations inattendues (avec Lucio Capece, Axel Dörner, Vladislav Delay), et produisant des disques plus expérimentaux les uns que les autres.

Comme on peut s’en douter, cette nouvelle production éditée par Éditions Mego, un label guère habitué aux concessions, n’échappe pas à la règle. Si Black Telephone Of Matter (Touch, 2009) faisait la part belle aux abstractions et silences, on restait en terrain connu avec une production purement électronique. Ici Mika Vainio adopte en partie le même procédé, mais il passe à la guitare, épaisse, aride, grave et saturée.
Sur la forme, l’album est très hétéroclite avec des titres de 1mn30, des expérimentations sous forme d’imitation de bruitages animaliers (Napoleon) ou de traitements vocaux (Cage), et d’autres qui atteignent les 13mn comme In Silence A Scream Takes A Heart qui sert d’ouverture.

On entre presque en douceur dans la mesure où les sonorités utilisées restent calmes. Menaçantes mais posées, comme des soupirs qui prennent ici la forme de grincements et fines résonances métalliques, puis de drones lents et répétitifs. L’ambiance n’est pas des plus accueillantes, on a plutôt l’impression d’être pris dans un coupe gorge jusqu’à ce que des basses lourdes crachotent toute leur haine. Mika Vainio lorgne ici vers un doom-rock abstrait, stressant, qui vous hérisse le poil.
À ceux qui préfèrent les travaux rythmiques, le Finlandais répond par le minimaliste Mining au tempo ferme ponctué de bruitages arides, puis une superbe reprise du Open Up And Bleed des Stooges. Il n’en reste plus grand chose, épuré à l’extrême, ponctué de bruitages et vocaux monstrueux avant que les guitares n’emportent le tout. Le seul moment d’apaisement, on le trouve au sein de Crashed qui semble être joué dans une église.
La suite n’est qu’aridité et désolation, grincements métalliques et ronronnements d’amplis (And Give Us Our Daily Humiliation), déchirements de drones et fêlures sidérurgiques (Conquering The Solitude).

Un disque sombre, aux ambiances parfois même malsaines. Mais l’ensemble est cohérent, avec en guise de couverture (pudiquement repliée en milieu de photo) un Mika Vainio au visage contusionné, et à l’intérieur ce qui semble être un cadavre enroulé dans un drap, reposant sur un matelas ensanglanté. Vous l’aurez compris, on n’est pas là pour rigoler et Mika Vainio laisse les concessions aux autres en remplaçant les classiques remerciements par un laconique "No thank you". Posture ?...

Fabrice ALLARD
le 21/05/2012

À lire également

Bruce Gilbert
Oblivio Agitatum
(Editions Mego)
Marcus Schmickler
Palace Of Marvels [Queered Pitch]
(Editions Mego)
Angel
Kalmukia
(Editions Mego)
Fenn O’Berg
In Stereo
(Editions Mego)