Phoebe Jean & The Air Force

 date du concert

24/05/2012

 salle

Espace B,
Paris

 tags

Espace B / Kirikoo Des / Phoebe Jean

 liens

Espace B
Phoebe Jean
Kirikoo Des

 dans la même rubrique
15/09/2016
Quentin Sirjacq
(Maison Rouge)
05/09/2016
Chris Watson
(Fondation Cartier)
24/08/2016
Spring.Fall.Sea
(Pop In)
14/07/2016
Concert-surprise
(Blockhaus DY10)

Cela fait un peu plus d’un an que l’on n’avait pas vu Phoebe Jean sur scène. C’est à l’occasion de la sortie de son album chez Lentonia Records (EDH, Unison) que cette soirée était organisée, nous donnant l’occasion de voir comment l’artiste de Baltimore avait évolué.

On apprenait deux jours avant la soirée que le programme était un peu chamboulé. En effet alors qu’EDH devait partager l’affiche, c’est toute une liste d’artistes amis et proches de l’univers de Phoebe Jean qui était proposée. Malheureusement pour eux, la météo estivale leur fait concurrence et le public venu très nombreux pour cette soirée passe le plus clair de son temps dans la petite rue Barbanègre.
On ira tout de même jeter une oreille au set de SEiRTANPLiSM, un obscur nom derrière lequel on retrouve Kirikoo Des que l’on a vu accompagner Phoebe Jean à plusieurs reprises. Accroupi sur le devant de la scène avec 2-3 machines, il produisait une musique principalement rythmique, faisant la part belle aux cassures, et ponctuée de bleeps abstraits. Un projet qui nous apparaîtra récréatif mais qui au delà de trois titres ne nous amusera plus.

C’est vers 22h40, dans un Espace B que l’on n’a jamais vu aussi bien rempli que Phoebe Jean entre en scène, seule avec son micro et un gros synthé sur lequel tout semble être préenregistré. On entre de plein pied dans ce concert avec un premier titre très rythmé et une Phoebe Jean qui démarre tambour battant, particulièrement à l’aise, souriante et décontractée. Le public était de toute façon acquis à sa cause, mêlant fans, amis et soutiens du label.
Une fois les machines lancées, Phoebe Jean se consacre essentiellement au chant et au spectacle, entre chorégraphie et escalade d’enceintes branlantes. Malgré un an passé depuis notre dernier concert de Phoebe, on n’est pas vraiment dépaysé puisque l’on a même l’agréable surprise de reconnaitre quelques titres que la jeune femme jouait déjà auparavant. Elle a par contre gagné en assurance, juste ce qu’il manquait pour être en phase avec ses tubes électro-pop dansants.
On sera par contre un peu surpris par une tonalité générale un peu plus posée. Là où l’on sentait Phoebe Jean très influencée par les scènes r’nb et hip-hop, on décèle ici ou là des ambiances plus soul qui fonctionnent tout aussi bien. Une petite mélodie de cordes jouée au clavier sera largement saluée par le public, et un peu plus tard c’est le mélancolique Los Angeles 7 qui emporte l’adhésion tandis que Phoebe nous révèle qu’il s’agit de son morceau préféré. Elle enchaine toutefois avec le sautillant Day Is Gone et ce sera bientôt la fin du concert.

Quittant la salle sous un tonnerre d’applaudissement elle revient sur scène en faisant mine de faire un rappel, rythmique barrée, chorégraphie acrobatique et ambiance club, mais cette fois elle abandonne les lieux définitivement, nous laissant avec une excellente impression de sa prestation.

Fabrice ALLARD
le 27/05/2012

À lire également

13/01/2011
Unison / Phoebe Jean (...)
(Scopitone)
11/12/2009
Beats & Acoustic (...)
(Bellevilloise)
14/11/2009
Let’s Kiss & Make (...)
(Maroquinerie)
26/11/2009
Videolove / Phoebe (...)
(Rigoletto)