Zbigniew Karkowski / Jérôme Noetinger + ErikM

 date du concert

29/09/2003

 salle

Instants Chavirés,
Montreuil

 tags

eRikm / Instants Chavirés / Jérôme Noetinger / Zbigniew Karkowski

 liens

eRikm
Instants Chavirés

 dans la même rubrique
02/09/2018
Jazz à la Villette 2018 : Yazz Ahmed / Dhafer Youssef
(Grande Halle de la Villette)
26/06/2018
Tomoko Sauvage / Andrew Pekler
(Jeu de Paume)
25/05/2018
Festival Villette Sonique 2018 : Mogwai / Jon Hopkins
(Grande Halle de la Villette)

Ce soir débutait la nouvelle saison des Instants Chavirés, après un été un peu bousculé par les manifestations des intermittents du spectacles. Avant de commencer Jérôme Noetinger nous fait part de quelques projets du gouvernement qui mettent en danger la création au sens large, et propose une discussion avec le public après les concerts.

La première partie est assurée par Jérôme Noetinger et ErikM qui, selon la présentation que fit le responsable de Metamkine, fut leur premier concert ensemble alors qu’ils ont sorti un album cette année (What a Wonderful World) chez Erstwhile. Notre première impression est qu’ils devraient continuer sur cette voie parce que la différence de leur jeu, de leurs sons apporte une réelle complémentarité. ErikM nous surprend avec des sons très électro, assez sombres, et surtout quelques boucles qui servent de trames à la superposition d’improvisations des deux musiciens. Ils jouent ainsi deux ou trois séquences immédiatement appréciables, après quoi les constructions se décomposent. La musique devient plus abstraite et c’est une longue texture qui nous paraîtra infinie qui sert de fond sonore, sur lequel chacun pose des sons, des bruits. Toujours le même jeu de bandes magnétique pour Jérôme, tandis qu’Erik se sert d’un sampler. Retour de quelques boucles pour finir, avec notamment des bruits de machines imitant le tic-tac d’une horloge et des chants d’oiseaux en fond sonore.
Globalement une excellente surprise, même si les deux improvisateurs nous ont un peu perdu en cours de route en milieu de concert.

Après ce sympathique duo, la deuxième bonne raison de venir aux Instants chavirés résidait dans la présence de Zbigniew Karkowski que l’on pensait capable d’attirer beaucoup plus de monde, même si la salle en configuration assise était très bien remplie. Alors là.... la grosse claque. Ne connaissant que des oeuvres calmes, comme son mini CD paru chez Metamkine (Consciously Unconscious - Unconsciously Conscious), la surprise fut de taille avec ces 20 minutes d’une violence rare, uniquement au laptop. Chuintements saturés, ronronnements granuleux, cris métalliques saturés, le tout à un niveau sonore hallucinant, au risque de faire fuir une partie du public, tout en jetant un regard amusé vers celui-ci. Le meilleur fut au début, quand une nappe inquiétante et métallique semblait se déchirer comme un cri désespéré au grès d’une saturation. Quelques minutes avant la fin il tourne son laptop vers le public, donnant à voir l’écran sur lequel se déroule la musique, et il abandonne la scène.
Une expérience sonore hors du commun, de courte durée, mais qui ne tiendrait peut-être pas la longueur.

Fabrice ALLARD
le 02/10/2003

À lire également

eRikm & Akosh S.
Züfall
(Ronda)
V/A
Jingles & Génériques
(PPT/Stembogen)
05/03/2004
Pelt - Jérôme Noetinger -
(Instants Chavirés)
15/12/2015
eRikm + Martin Brandlmayr
(Instants Chavirés)