Espen Eriksen Trio

What Took You So Long

(Rune Grammofon / Differ-ant)

 date de sortie

13/04/2012

 genre

Jazz

 style

Jazz

 appréciation

 tags

Espen Eriksen Trio / Jazz / Rune Grammofon

 liens

Rune Grammofon
Espen Eriksen Trio

 autres disques récents
Logreybeam
False Start (EP)
(False Industries)
Cello + Laptop (Edu Comelles & Sara Galán)
Parallel paths
(Envelope Collective)
Alessandro Bosetti
Der Italienische Manierismus
(CONV)
Kidkanevil
My Little Ghost
(flau)

Deux ans après son premier et convaincant album, Espen Eriksen Trio revient avec un nouveau long-format, développant toujours le même schéma piano-contrebasse-batterie pour un jazz suave et ample. Comme sur You Had Me At Goodbye, le sentiment de reconnaître immédiatement les lignes de piano se fait jour (All Good Things) et le canevas traditionnel de ce style musical se trouve suivi à la lettre par les Norvégiens : mise en place du thème principal dans les quinze premières secondes, répétition une deuxième fois de celui-ci, puis passages plus improvisés avant de revenir régulièrement au thème.

Au gré des titres, on retrouvera naturellement des interventions plus ou moins enflammées du piano d’Espen Eriksen (On The Sea). Peu de surprises donc à l’écoute de ce What Took You So Long qui contient même deux pistes sur lesquelles le trio se livre à un exercice également très couru : la reprise de tubes pop en version jazz. Ici, ce sont We Don’t Need Another Hero de Tina Turner et Could It Be Magic de Donna Summer qui sont réinterprétés dans un dénuement bien loin des versions initiales. Cette présence de morceaux archi-connus semble même infuser l’ensemble de l’album puisque la suite de notes du thème de Komeda nous paraît découler de celui de We Don’t Need Another Hero.

Dans ce contexte un peu standardisé, on ne sait trop s’il faut saluer comme une bonne ou mauvaise chose la présence indiscontinue du piano et l’absence subséquente de soli de contrebasse ou de batterie qu’auraient pu nous offrir Lars Tormod Jenset ou Andreas Bye. En toute hypothèse, les quarante-deux minutes du disque s’avèrent tout à fait probantes pour qui souhaite avoir un aperçu sobre et pertinent de ce que peut faire aujourd’hui un trio jazz.

François Bousquet
le 06/07/2012

À lire également

Thomas Strønen
Pohlitz
(Rune Grammofon)
Skyphone
Fabula
(Rune Grammofon)
Luigi Archetti & Bo Wiget
Low Tide Digitals III
(Rune Grammofon)
Astrïd
High Blues
(Rune Grammofon)