Felix

Oh Holy Molar

(Kranky / Differ-ant)

 date de sortie

23/04/2012

 genre

Rock

 style

Acoustique

 appréciation

 tags

Acoustique / Felix / Kranky

 liens

Kranky
Felix

 autres disques récents
Luminance Ratio
Honey Ant Dreaming
(Alt.Vinyl)
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)

Passée l’épreuve du premier album, voici que Felix passe à celle du second long-format, exercice tout aussi délicat à appréhender, surtout quand il vient après un disque qui nous avait tout à fait convaincus. Dans ces deux ans et demi d’intervalle, la formation anglaise s’est encore étoffée : projet solo de Lucinda Chua initialement, Felix était devenu un duo en 2009, c’est à présent un trio puisqu’un batteur a intégré à plein temps le groupe. Musicalement, cela s’en ressent évidemment sur un Oh Holy Molar qui, comme son prédécesseur est constitué de pièces plutôt courtes (trois minutes de moyenne). De fait, les interventions de Neil Turpin structurent encore davantage les morceaux du groupe tandis que la voix de la jeune femme paraît plus assurée, plus confiante dans ses capacités au chant, ne conservant son parlé-chanté que sur les couplets.

Le dépouillement de l’ensemble (batterie souvent aux balais, jeu de guitare délicat, piano tout juste touché), en plus de s’accorder impeccablement avec le timbre de la Britannique, permet de se pencher sur les textes des chansons, récits du quotidien ou portraits de garçons et filles ; soit, encore une fois, quelque chose d’accessible, au diapason de la musique. Fort heureusement, les Anglais ne se limitent pas à cet assortiment dénudé et savent, par endroits, appuyer un peu plus le propos, quand Chris Summerlin pare sa guitare d’aspects plus saturés (Oh Thee 73) ou que le jeu de clavier de Lucinda Chua se fait plus appuyé.

Avec ce nouvel album, Felix confirme donc sans peine tous les qualificatifs que nous avions adressés au groupe lors du précédent disque. Espérons maintenant que la formation bénéficie d’une reconnaissance un peu plus large qui pourrait la conduire, éternelle antienne, à visiter les salles de l’Europe continentale.

François Bousquet
le 12/07/2012

À lire également

Loscil
Sea Island
(Kranky)
Nudge
As Good As Gone
(Kranky)
Benoit Pioulard
Lasted
(Kranky)
Steve Hauschildt
Tragedy & Geometry
(Kranky)