Extra Pekoe

Praying Mantis On High Heels

(Laybell / Internet)

 date de sortie

15/09/2011

 genre

Electronique

 style

Expérimental / Hip-Hop / Musique Concrète

 appréciation

 tags

Expérimental / Extra Pekoe / Hip-Hop / Laybell / Musique Concrète / Two Left Ears

 liens

Two Left Ears
Laybell
Extra Pekoe

 autres disques récents
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)
Monty Adkins
Unfurling Streams
(Crónica Electronica)
Dakota Suite | Vampillia
The Sea Is Never Full
(Karaoke Kalk)

Extra Pekoe est un nouveau projet mené par Mathieu Adamski, le producteur de Two Left Ears dont nous avons déjà parlé sur ces pages et que l’on retrouve logiquement chez Laybell. Il s’agit ici de sa première production solo, sous forme d’un long EP disponible uniquement en téléchargement.

On situait Two Left Ears au niveau d’un trip-hop instrumental, aux influences hip-hop marquées et parsemé de fulgurances rythmiques. Dans les grandes lignes, Extra Pekoe en reprend le principe, en poussant un peu plus loin l’expérimentation, les cassures, le patchwork sonore. On se rend tout de suite compte de cette dimension avec l’intro que constitue Tsunami À Paris, un collage sonore de bruits et interviews qui tient surtout de la musique concrète.
Mais c’est surtout La Belle Dilettante qui aura retenu notre attention à la première écoute de ce disque. Une richesse, une incroyable densité sonore, un sentiment d’urgence dans un breakbeat quasi frénétique sans pour autant mettre de côté le sens mélodique, tour à tour fracturé et constitué de douces mélodies et glissements de cordes.

Avec un tel démarrage, la suite nous apparaîtra malheureusement un peu plus sage, moins aventureuse. Du coup, les amateurs de Two Left Ears ne seront pas non plus complètement perdus à l’écoute de cet EP. On y retrouve l’esprit ce ce trip-hop instrumental, aux bleeps ludiques et mélodies chaleureuses (Praying Mantis On High Heels), hoquetantes et bouillonnantes, instables comme si elles étaient jouées en scratchant (China Interstellar Program), lorgnant vers le jazz sur un Pretty Drunk moins inspiré, tournant autour de sa boucle rythmique mais relevé plus tard d’une mélodie de piano plutôt bienvenue.

Sur cette lignée, Extra Pekoe termine ce premier essai avec The Barfly And The Moon, empruntant cette fois aux BO de film orchestrales et à la musique improvisée. Un objet hybride, riche et bien mené, parfait en format court.

Fabrice ALLARD
le 05/07/2012

À lire également

Two Left Ears
Lazy Trace
(Laybell)