Fennesz

Seven Stars

(Touch / La Baleine)

 date de sortie

25/09/2011

 genre

Electronique

 style

Ambient / Glitch

 appréciation

 tags

Ambient / Fennesz / Glitch / Touch

 liens

Fennesz
Touch

 autres disques récents
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)
(ghost)
The First Time You Opened Your Eyes
(Sound in Silence)

Fennesz, un cas d’école. Après des débuts aux expérimentations bruitistes, l’autrichien signe Endless Summer, album culte sorti en 2001, rempli de tubes grésillants, duquel il ne peut se défaire. De temps à autre on tente un nouveau concert, dont on sort généralement déçu. Non pas que cela soit mauvais, mais on regrette toujours le manque de renouvellement, la facilité dans la constance. Qu’en est-il sur disque ?

Seven Stars reste une expérience assez limitée dans la mesure où il ne s’agit que d’un 4 titres, disponible en CD et vinyle 10". La bonne nouvelle c’est la richesse du disque avec quatre morceaux qui se révèlent assez différents les uns des autres.
On commence par les "sans surprise", dont l’ouverture qui permet de retrouver Fennesz là où on l’avait laissé : belles nappes et mélodies de guitare parsemées de grésillements, Liminal est tout à fait dans la lignée de Endless Summer. Sans surprise non plus, ou peut-être devrait-on dire mauvaise surprise, le même genre de mélodie, mi-guitare, mi-électronique, cette fois sans artefacts numériques, créant une sorte d’ambient romantico-lounge que l’on croirait ponctuée de piaillements d’oiseaux. Bref, un peu fleur bleue.

On se consacrera donc surtout aux deux autres pièces qui sont aussi les plus longues. Dans les deux cas, l’Autrichien travaille sur l’abstraction. Une version plus complexe dans un premier temps avec July, une base grésillante, parsemée de bruitages inquiétants, une approche cinématographique, un univers sombres aux accords métalliques.
Shift est quant à elle la meilleure surprise. Moins aventureuse que July, elle voit ici Fennesz jouer dans le registre d’une ambient assez traditionnelle. Finit les textures arides, ce sont ici des nappes de laptop limpides qui viennent par vague, lentes montées qui vous submergent, apaisantes.

On reconnait la patte de Fennesz, un disque court mais qui recèle quelques beaux moments. Doux et agréable.

Fabrice ALLARD
le 10/07/2012

À lire également

CM Von Hausswolff
800 000 Seconds In Harar
(Touch)
Biosphere
Shenzhou
(Touch)
Jana Winderen
Energy Field
(Touch)
11/05/2004
Fennesz
(Stazione Leopolda)