Múm

Early Birds

(Morr Music / La Baleine)

 date de sortie

01/06/2012

 genre

Electronique

 style

Electronica

 appréciation

 tags

Electronica / Múm / Morr Music

 liens

Múm
Morr Music

 autres disques récents
Matt Christensen
Honeymoons
(Miasmah)
Giulio Aldinucci
Goccia
(Home Normal)
Automatisme
Momentform Accumulations
(Constellation)
Gratuit

(Ego Twister)

À l’évidence, nous ne sommes pas les seuls à considérer les premières années de Múm comme les plus intéressantes du groupe : il y a six ans, FatCat ressortait leur Peel Session de 2002 et, à présent, c’est Morr Music qui exhume des raretés de 1998-2000 pour en faire une compilation logiquement intitulée Early Birds.

Fort naturellement lorsqu’on connaît les enregistrements de l’époque, on ne sera pas surpris de retrouver des morceaux majoritairement instrumentaux, mêlant mélodies enlevées et enfantines (Bak Þitt Er Sem Rennibraut), ritournelles 8-bits (Insert Coin (Bjarne Riis Arcade Game Mjiks Eftir múm)) et rythmiques plus travaillées (Gingúrt, Volkspark Friedrichshain). Au niveau des sonorités convoquées, un mélodica fait régulièrement son apparition (0,000orð, Enginn Vildi Hlusta Á Fiðlunginn, Því Strengir Hans Vóru Slitnir (Getiði Ekki Verið Góð Við Mömmu Okkar ?)) comme il le fera de plus en plus au fur et à mesure des disques du groupe tandis que les lignes chromatiques se font très familières, voire très ressemblantes d’un titre à l’autre (0,000orð et Lalalala Blái Hnötturinn).

À de rares moments, le chant intervient, pour un joli duo masculin-féminin sur Hvernig Á Að Særa Vini Sína, par exemple. Précisément, on s’en souvient, à ses débuts, Múm comprenait, parmi ses membres, les jumelles Gyða et Kristin Anna Valtýsdóttir et leur départ, en deux temps, avait entraîné un décrochage qualitatif dans la production des Islandais. En déterrant des vieux morceaux sur lesquels elles étaient encore présentes, l’ensemble remonte naturellement d’une marche pour livrer des titres dans l’ensemble très pertinents.

Seuls quelques morceaux s’avèrent, en réalité, un peu plus faibles car trop brouillons et pas suffisamment aboutis (le psyché-foutraque Bak Þitt Er Sem Rennibraut (Bústadavegur Er Fáviti Megamix Eftir Músíkvat), certes plutôt rigolo). On se rappelle alors qu’il s’agit de démos qui n’avaient pas été retenues ou peaufinées pour apparaître sur les enregistrements du groupe, il faut bien que cela se ressente à un moment ou à un autre. Néanmoins, c’est avec un bonheur certain que s’écoulent les soixante-et-onze minutes d’une compilation indispensable pour ceux qui, comme nous, goûtent ces premières heures de Múm.

François Bousquet
le 06/08/2012

À lire également

Christian Kleine
Valis
(Morr Music)
Limp
Orion
(Morr Music)
Múm
Please smile my noise bleed
(Morr Music)
Herrmann & Kleine
Our Noise
(Morr Music)