Manon De Pauw : Intrigues

 date

du 04/04/2012 au 08/09/2012

 salle

Centre Culturel Canadien,
Paris

 appréciation
 tags

Centre Culturel Canadien / Manon De Pauw

 liens

Centre Culturel Canadien
Manon De Pauw

 dans la même rubrique
du 22/09/2016 au 11/12/2016
Mark Geffriaud : Deux Mille Quinze
(Le Plateau / FRAC Île-de-France)
du 06/09/0216 au 29/10/2016
Paris
(Fondation d’entreprise Ricard)
du 02/06/2016 au 09/10/2016
Telling Tales : Excursions In Narrative Form
(Museum of Contemporary Art)
du 23/06/2016 au 11/09/2016
Mika Rottenberg
(Palais de Tokyo)

Chargés de diffuser la culture de leur pays dans d’autres contrées, les centres culturels constituent le lieu idéal pour présenter une monographie d’un plasticien n’ayant jamais encore exposé en dehors de sa patrie. Cette fois-ci, c’est la Québécoise Manon De Pauw qui a les honneurs de l’institution canadienne pour un ensemble mêlant photographies et vidéos dans une approche marquée par un travail certain sur la lumière et ses effets.

JPEG - 21.2 ko
L’Apprentie 3
(courtesy de l’artiste)

Ainsi la jeune femme peut-elle, au gré des épreuves, jouer sur le flou et le net, accentuer ou diminuer l’exposition lumineuse, travailler sur le sombre et le clair, mettre en place un halo derrière son sujet ou, à l’inverse, ne figurer que l’ombre portée de celui-ci. De petit format, souvent très graphiques, parfois colorées (la superposition de plaques de L’Apprentie 3), les photographies de la Canadienne savent également aller chercher dans la technique même de prise de vue une dimension artistique. La série Épreuves, par exemple, a été réalisée grâce à la seule action de la lumière de l’agrandisseur sur la surface sensible d’un papier argentique. Pour parvenir à cette conclusion, on ne sera pas surpris d’apprendre que le travail en atelier et en chambre noire se montre primordial chez Manon De Pauw.

JPEG - 20.7 ko
Répertoire
(courtesy de l’artiste)

Si ses différentes vidéos, sortes de captations de mini-performances, s’avèrent moins pertinentes car répétitives et peu singulières (écrire au tableau noir, monter sur une échelle), la mise en jeu de son propre corps peut engendre des résultats plus probants quand, allongée sur une surface noire, elle trace au sol un cercle blanc (série Replis et Articulations). Plus sophistiquée, Répertoire s’avance telle une sculpture vidéo avec six écrans, six lecteurs DVD et six projecteurs, chacun livrant une image différente, dans un mouvement centrifuge où ce qui est projeté se révèle être aussi essentiel que les rais de lumière et faisceaux qui résultent de cette projection même.

François Bousquet
le 29/08/2012

À lire également

du 26/09/2007 au 17/11/2007
Son et Vision : l’image
(Centre Culturel Canadien)
du 20/05/2009 au 11/09/2009
Eric Cameron : Record of
(Centre Culturel Canadien)
du 29/11/2007 au 02/02/2008
Lisa Klapstock / Paulette
(Centre Culturel Canadien)