Emmanuel Mieville

Four Wanderings in Tropical Lands

(Baskaru / COD&S Distribution)

 date de sortie

15/10/2011

 genre

Electronique

 style

Expérimental / Field Recordings

 appréciation

 tags

Baskaru / Emmanuel Mieville / Expérimental / Field Recordings

 liens

Baskaru
Emmanuel Mieville

 autres disques récents
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)
Monty Adkins
Unfurling Streams
(Crónica Electronica)
Dakota Suite | Vampillia
The Sea Is Never Full
(Karaoke Kalk)

On connaissait surtout Emmanuel Mieville comme l’un des habitués de salles de concerts telles que les Instants Chavirés ou les Voûtes où on le croise régulièrement. D’origine parisienne, il étudie la musique concrète au GRM et compose depuis 1986, en solo, sous forme de collaboration (notamment avec Eric Cordier, ou encore en groupe au sein du Cercle pour la Libération du Son et de l’Image.

C’est une agréable surprise que de le voir aujourd’hui chez Baskaru, un label de qualité que l’on n’associait pas forcément avec le field recording. C’est en effet la caractéristique principale de ce disque composé d’enregistrements réalisés au Costa Rica, en Malaisie et à Hong-Kong. On est tout de suite surpris par la qualité du son, le niveau sonore plutôt élevé pour ce type de travail permet d’apprécier toutes la subtilité de ces environnements sonores.
L’ensemble du disque est très porté sur la nature, s’ouvrant par un écoulement d’eau, des cris d’oiseaux, des aboiements de chien au loin, le grésillement du chant d’insectes, et quelques traces de vie humaine, la sirène d’une voiture de police, une voix et quelques ambiances de rue. Si dans un premier temps, tout semble provenir de la vie locale, Emmanuel Mieville y apporte sa patte sur Cahuita, Costa Rica avec une série de tintements et raclements, entre bois et métal, produits à partir de sculptures sonores.

Les trois pièces suivantes nous amènent en Asie. Hong-Kong dans un premier temps où l’on retrouve insectes, voix, bruit de pas et avion dans le ciel au dessus de la Repulse Bay, puis en Malaisie avec des ambiances similaires, peut-être enrichies du croassement mécanique de batraciens avant qu’une pluie tropicale ne vienne calmer toute cette activité animale.
Mais c’est Kuala Lumpur, Malaysia qui retiendra plus particulièrement notre attention, plaçant l’Homme au cœur de son environnement en intégrant un superbe appel à la prière au milieu d’un chatoyant maelström de piaillements d’oiseaux.

Si comme nous, vous passez l’été sur Paris, ce témoignage de voyages vous offrira une bulle d’air tropical.

Fabrice ALLARD
le 12/08/2012

À lire également

Lugano Fell
Slice Repair
(Baskaru)
Yoshio Machida
Hypernatural #3
(Baskaru)
Laura Gibson & Ethan Rose
Bridge Carols
(Baskaru)
Rutger Zuydervelt
Stay Tuned
(Baskaru)