Thorsten Knaub

Listening Station

(Autoproduit / Import)

 date de sortie

24/10/2011

 genre

Electronique

 style

Ambient / Improvisation

 appréciation

 tags

Ambient / Autoproduit / Improvisation / Thorsten Knaub

 liens

Thorsten Knaub

 autres disques récents
Automatisme
Momentform Accumulations
(Constellation)
Gratuit

(Ego Twister)
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)

Basé à Londres, Thorsten Knaub est un artiste multimédia, focalisé avant tout sur la vidéo. Il se lance plus concrètement dans la musique avec ce premier album auto-produit qui fait suite à une session d’improvisation dans la station d’écoute de Teufelsberg, un bâtiment aujourd’hui abandonné qui servait à espionner les communications de l’Allemagne de l’Est durant la guerre froide.

L’album se compose de 5 titres : 4 improvisations et Tamuke, un morceau traditionnel japonais puisque l’instrument de prédilection de Thorsten Knaub est le shakuhachi, une flûte de bambou utilisée entre autre par les moines bouddhistes dans leurs exercices de méditation. L’ensemble du disque a été enregistré dans le dôme de la station d’écoute abandonnée, bénéficiant de la reverb particulière des lieux. Quelques bruitages viennent ponctuer l’ensemble, apparemment provoqués par d’autres personnes présentes dans le bâtiment, à la manière de percussions improvisées sur Improvisation III, mais l’album se révèle plutôt contemplatif, avec une reverb naturellement ample.

Le jeu de Thorsten Knaub s’appuie sur de longues notes, créant des ambiances un peu mystérieuses et faisant penser tour à tour à une forêt hantée (Improvisation I) ou enchantée (Improvisation IV), tandis qu’un léger ronronnement témoigne du passage d’un avion dans le ciel berlinois. Passé les atmosphères un peu sombres du titre d’ouverture, l’ambient acoustique de l’artiste se fait plus douce, plus contemplative (Improvisation II) et fait parfois penser à une musique de troubadour, d’un autre temps.
Naturellement, l’omniprésence du shakuhachi confère à l’ensemble une légère teinte asiatique, très subtile. C’est avant tout le style, lent et contemplatif qui marque ces quatre improvisations et Tamuke, le titre traditionnel japonais, trouve tout naturellement sa place au sein du projet.

On n’est pas vraiment ici dans le registre des musiques électroniques, ni vraiment du jazz. Il s’agit d’improvisation, d’acoustique enregistrée in situ et se rapprochant du live recording, dans un style que l’on qualifiera d’ambient contemplative, entre tradition et modernité.

Note : pour les parisiens, ce disque doit être disponible chez Souffle Continu.

Fabrice ALLARD
le 18/08/2012