Maninkari

The Half Forgotten Relic Of A Dream

(Three:Four Records / Import)

 date de sortie

25/10/2011

 genre

Electronique

 style

Ambient / Néo-Classique / Post-Rock

 appréciation

 tags

Three:Four Records / Ambient / Bathyscaphe / Maninkari / Néo-Classique / Post-Rock

 liens

Maninkari
Three:Four Records

 autres disques récents
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)
(ghost)
The First Time You Opened Your Eyes
(Sound in Silence)

Après Conspiracy et Neuropa Records, c’est chez nos voisins suisses de Three:Four records que sort le quatrième album de Maninkari. On assure ici le suivi du travail des deux frères Olivier et Frédéric Charlot puisqu’on les découvrait en 2001 alors qu’ils jouaient sous le nom de Bathyscaphe.

Ce quatrième album en tant que Maninkari s’inscrit dans la suite logique de leurs précédents travaux. Le duo s’est fait connaitre avec une musique croisant ambient sombre et post-rock dans une approche cinématographique. Ils ont d’ailleurs produit la BO de plusieurs court métrages et continuent de travailler en ce sens. Plus récemment, l’utilisation d’instruments tels que cymbalom et santoor conférait à leur musique une teinte folk-world empreinte d’un certain mysticisme.
Si l’on retrouve à peu près tous ces éléments sur ce nouvel album, on notera un gout de l’expérimentation particulièrement prononcé, à l’image des abstractions de ces Rêve d’Idéation I et II, entre électronique vintage, drones et dark ambient électroacoustique. Le duo va encore plus loin avec ses Métempsycose : un violon grinçant un peu fou d’un côté, des percussions et cordes chaotiques de l’autre sont autant d’éléments qui nous balancent entre musique contemporaine et bande originale de film.

Par ailleurs, on est en terrain connu. Moins de surprises, mais le plaisir de retrouver le Maninkari que l’on connaissait déjà, à commencer par le magnifique et hypnotique Sillage Nocturne, marqué par une mélodie lumineuse et un complexe jeu de percussion. Le duo retrouve ici un jeu rythmique très typé post-rock, ponctuant par exemple leurs nappes de synthé de percussions déstructurées sur le sombre Clamor.
Les frères Charlot jouent enfin aux apprentis sorcier avec deux pièces envoutantes. L’invisible Permanent séduit par la douceur de ses sonorités, son aspect feutré, tout en s’avérant terriblement sombre, presque inquiétant. Métempsycose II joue ensuite sur des ambiances similaires mais dans un style néoclassique avec croisement de violon et violoncelle.

Un très bel album, Maninkari de déçoit pas. Au contraire, au fil de ses productions le duo ne fait que confirmer un talent certain, et un goût pour les ambiances sombres et cinématographiques.

Fabrice ALLARD
le 02/09/2012

À lire également

Maninkari
Continuum Sonore Part 7>14
(Zoharum)
Silencio
When I’m Gone
(Three:Four Records)
Absent Without Leave
’Neath The Tumbling Stars
(Three:Four Records)
Thisquietarmy & Scott Cortez
Meridians
(Three:Four Records)