Michel Guillet

Behind Nothing

(Ing-on / Metamkine)

 date de sortie

00/10/2011

 genre

Electronique

 style

Expérimental / Musique Concrète / Noise

 appréciation

 tags

Expérimental / Ing-on / Michel Guillet / Musique Concrète / Noise

 liens

Michel Guillet

 autres disques récents
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)
Monty Adkins
Unfurling Streams
(Crónica Electronica)
Dakota Suite | Vampillia
The Sea Is Never Full
(Karaoke Kalk)

Behind Nothing est le troisième album de Michel Guillet, artiste parisien que l’on suit depuis 5-6 ans et que l’on retrouve une fois encore sur Ing-On, la structure fondée pour publier ses propres travaux. On notera déjà la cohérence artistique de la série, sobres digipaks au graphisme noir et blanc.

Michel Guillet produit une musique électronique expérimentale, particulièrement abstraite et difficile d’accès. En suivant son évolution entre ses deux premiers albums nous avions noté un abandon progressif des sonorités acoustiques pour produire une musique contemporaine, basé sur des bruitages électroniques, à la rigueur des effets appliqués à des bruits concrets, permettant de garder un certain aspect organique. À ce titre, on notera par exemple les cliquetis et roulements mécaniques de Uncertain Ground, ponctués de grincements et résonances métalliques, répétitives à en devenir étrangement mélodiques.
Cela dit, mélodies et apaisement ne sont que rarement de rigueur. On tend vers une certaine douceur avec les souffles, chuintements et remous quasi aquatiques de Hidden Places ou les textures grésillantes de In Inclusion, mais régulièrement de grands fracas viennent perturber cette fausse quiétude.

Behind Nothing se place donc dans la droite lignée des précédents albums de Michel Guillet qui poursuit ses explorations sonores en jouant sur des cassures, abstractions et déconstructions d’une part (Walls Tell, Slumping), et le bruitiste et les connotations industrielles d’autre part sur Corners ou Two Gates qui s’achève sur le vrombissement de basses saturées.

Une œuvre électronique, expérimentale et sans concession, pour public averti !

Fabrice ALLARD
le 03/09/2012

À lire également

Michel Guillet
The End Between
(Ing-on)
28/03/2008
Présences Electronique
(Maison de la Radio)
Michel Guillet
Without Shade
(Ing-on)
V/A
Jingles & Génériques
(PPT/Stembogen)