Antropik

Lanthanides

(Autoproduit)

 date de sortie

00/10/2011

 genre

Electronique

 style

Ambient / Drone

 appréciation

 tags

Ambient / Antropik / Autoproduit / Drone

 liens

Antropik

 autres disques récents
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)
(ghost)
The First Time You Opened Your Eyes
(Sound in Silence)

Antropik est le projet musical de Frédéric Dallemagne, français basé en Savoie, qui réalisait l’an dernier ce premier album autoproduit. Il travaille en réalité depuis 1995 sur des films expérimentaux et installations pour lesquels il en vient à produire la musique. Après avoir touché à différents genres sur un spectre allant de l’ambient à la noise, le projet se stabilise sur une ambient sombre, largement basée sur des couches de drones électroniques.

Assez classiquement sur ce type de production, Lanthanides se compose de quatre pistes oscillant entre 9 et 14mn, formant un disque particulièrement homogène. Chaque piste est écrite selon les mêmes principes, avec un millefeuille de nappes, drones et souffles, un collage de tonalités, de va-et-vient de textures et bruitages passés à la moulinette des effets électroniques.
De ces mouvements, boucles et collages, se forment des motifs qui sont autant de caractéristiques propres à une pièce. On distingue par exemple parfaitement une boucle en introduction de Blindwindows, sorte de souffle mélodique aux tonalités métalliques qui ouvre l’album avant de céder la place à des drones oscillants et nasillards.

La plupart des morceaux répondent à la même construction : un ensemble de nappes, textures et drones qui s’imbriquent et se confondent dans une sobre douceur. Et puis petit à petit le ton monte, les teintes métalliques se déploient en multiples grincements, les grésillements deviennent quasiment bruitistes et on se retrouve happé dans un tournoiement de drones profonds (Reticulation) quand ce ne sont pas des guitares électrique qui prennent le relai des machines (Trypalhiium).
S’il gagne lui aussi en puissance, Anemia Iridises se distingue par des sonorités plus électroniques, affirmées mais propres, mettant en avant un joli travail sur le son, dense et enveloppant, maîtrisé et contenu.

Un premier album pointu et soigné. Les amateurs du genre pourront creuser du côté du blog et de la page Bandcamp de l’artiste, régulièrement alimentés en nouvelles productions.

Fabrice ALLARD
le 06/09/2012