Vincent Lamouroux : Néguentropie

 date

du 04/07/2012 au 19/11/2012

 salle

Abbaye de Maubuisson,
Saint-Ouen-L’Aumône

 appréciation
 tags

Abbaye de Maubuisson / Vincent Lamouroux

 dans la même rubrique
du 22/09/2016 au 11/12/2016
Mark Geffriaud : Deux Mille Quinze
(Le Plateau / FRAC Île-de-France)
du 06/09/0216 au 29/10/2016
Paris
(Fondation d’entreprise Ricard)
du 02/06/2016 au 09/10/2016
Telling Tales : Excursions In Narrative Form
(Museum of Contemporary Art)
du 23/06/2016 au 11/09/2016
Mika Rottenberg
(Palais de Tokyo)

Comme plusieurs autres lieux de culte sécularisés et laïcisés (Les Églises à Chelles, le Carré Sainte-Anne à Montpellier ou la Chapelle Saint-Jacques à Saint-Gaudens), l’Abbaye de Maubuisson a été transformée en centre d’art contemporain. Joliment installée au milieu d’un grand parc, propriété du conseil général du Val d’Oise, l’abbaye cistercienne accueille deux expositions monographiques par an et invite évidemment les plasticiens à tenir compte du caractère particulier du lieu bâti au XIIIe siècle.

JPEG - 41.8 ko
Sans Titre
(courtesy Abbaye de Maubuisson)

Artiste aimant précisément se pencher sur la frontière entre sculpture et installation, adepte de la prise en main des espaces, Vincent Lamouroux était tout indiqué pour intervenir ici et prendre possession de la salle des religieuses en y apportant des dizaines de kilos de sable. Réparti en hautes dunes, dépassant les deux mètres, ce sable a été sélectionné notamment en raison de sa couleur, très grisée, proche en cela des tonalités des pierres utilisées pour construire l’abbaye. Au reste, la disposition potentiellement aléatoire de ces petites montagnes pourrait même laisser penser qu’il s’agit là de résidus de l’érosion de la roche ou, à l’inverse, que ces monticules ont servi, par le passé, à édifier cette salle voûtée (un peu à la manière dont les Égyptiens montaient des tas de terre pour s’élever en haut des pyramides). Le spectateur embrassant la totalité de la salle, attrapant du regard les montées et dénivelés du sable, peut alors se souvenir de travaux précédents de Vincent Lamouroux, et notamment de la série Sols, interventions in situ dans lesquelles des plaques de bois donnaient cette même impression de traverser une zone ensablée.

JPEG - 37.4 ko
Néguentropie
(courtesy Abbaye de Maubuisson)

Face à cette proposition, le public hésite sur la marche à suivre : emprunter le tracé labyrinthique serpentant entre les dunes ? tenter l’escalade en suivant quelques pas qui s’y sont déjà essayé ? rester en retrait et ne pas s’y aventurer ? se laisser aller à la méditation que lieu et sculptures suscitent aisément ? En toute hypothèse, pour se recroqueviller en son for intérieur ainsi sollicité, le plasticien français a disposé une coquille-maison en carton. Surdimensionnée, occupant tout l’espace de la salle du parloir, cette sculpture, elle aussi dans les mêmes teintes que le sable, parait également parfaitement adapté à l’endroit, nonobstant son caractère résolument contemporain.

François Bousquet
le 03/10/2012

À lire également

du 26/01/2016 au 09/03/2016
Fertile Lands
(Fondation d’entreprise)
du 25/04/2007 au 15/08/2007
Airs de Paris
(Centre Pompidou)
du 16/05/2009 au 20/09/2009
À contre-corps
(FRAC Lorraine)
du 14/10/2009 au 11/01/2010
Les Archipels réinventés
(Centre Pompidou)