Évocateur

 date

du 12/10/2012 au 17/11/2012

 salle

Fondation d’entreprise Ricard,
Paris

 appréciation
 tags

Émilie Pitoiset / Bertille Bak / David Douard / Fondation d’entreprise Ricard / Katinka Bock / Louise Hervé et Chloé Maillet / Mathieu Klebeye Abonnenc

 liens

Fondation d’entreprise Ricard

 dans la même rubrique
du 23/06/2016 au 11/09/2016
Mika Rottenberg
(Palais de Tokyo)
du 08/06/2016 au 29/08/2016
Un Art Pauvre
(Centre Pompidou)
du 01/06/2016 au 15/08/2016
Melik Ohanian : Under Shadows
(Centre Pompidou)
du 14/05/2016 au 04/09/2016
Christian Hidaka : Desert Stage
(Grand Café)

Déjà l’an passé, avec l’exposition curatée par Éric Troncy, le Prix Fondation d’entreprise Ricard avait été resserré à six artistes (ou duos d’artistes) ; même périmètre cette année pour la proposition menée par Elena Filipovic, personnalité qu’on connaît pour son travail au Wiels bruxellois. Précisément, on attendait de son positionnement un peu extérieur un regard autre sur la jeune scène française que représente chaque année la sélection pour cette récompense. En réalité, on retrouve des noms déjà connus de ces pages et une légère déception au sortir de l’exposition.

JPEG - 42.3 ko
David Douard - The Island of Lost Souls

De fait, Mathieu Klebeye Abonnenc n’offre au spectateur que trois barres de cuivre, appuyées contre le mur de la Fondation, le reste de son travail consistant en la projection de films est-allemands revenant sur les conflits de l’année 1964 au Congo dans un espace hors les murs. Dans la seconde salle, David Douard (vu au Salon de Montrouge en 2011) livre une installation extrêmement chargée (plâtre, sacs en plastique, écran de télévision) à la limite de la boursouflure tandis que le duo Louise Hervé et Chloé Maillet se fait principalement décoratif, bien que fantastique, avec ce montage de films liés aux décors et papiers peints.

JPEG - 19.4 ko
Vue de l’exposition
(oeuvres d’Emilie Pitoiset)

Restent donc trois artistes, féminines par le plus grand des hasards, et appréciées ici par le passé. En premier lieu, Émilie Pitoiset développe une démarche intéressante, quoiqu’un peu nostalgico-datée, autour de Giselle, figure du ballet classique à qui elle consacre un petit film, des photographies sur lesquelles elle a tracé des lignes de fuite au feutre et, surtout, un grand rideau en peau d’agneau faisant à la fois office de rideau de scène et de paravent. Ensuite, Katinka Bock combine, comme régulièrement, des éléments proches du rebut industriel (grillage, câble, brique, ampoule) pour réaliser des sculptures néanmoins moins convaincantes que ce qu’on connaissait d’elle jusqu’à présent, mais qui lui permirent quand même de remporter le Prix cette année. Par conséquent, c’est Bertille Bak qui nous fit la meilleure impression avec son film, décalé et pertinent, attaché aux habitants d’un quartier de Bangkok, révoltés contre le projet de démolition de leur immeuble. Plutôt qu’une manifestation ou autre action bruyante, ces Thaïlandais ont fait le choix d’interpréter une chanson révolutionnaire en morse et à la lampe torche. Filmant l’immeuble, Bertille Bak nous fait donc juste entendre le cliquetis des torches s’allumant et s’éteignant pendant que le regard du spectateur court d’un coin à l’autre de l’écran, cherchant la lampe allumée et essayant d’identifier la note ainsi « jouée ».

François Bousquet
le 04/11/2012

À lire également

du 01/04/2014 au 17/05/2014
Neil Beloufa : En torrent
(Fondation d’entreprise)
du 17/12/2013 au 25/01/2013
Renaud Auguste-Dormeuil
(Fondation d’entreprise)
du 24/11/2015 au 09/01/2016
Sarah Tritz : Diabolo
(Fondation d’entreprise)
du 11/02/2011 au 26/03/2011
Éric Baudart : Avec (...)
(Fondation d’entreprise)