Ryan Gander : Esperluette

 date

du 28/09/2012 au 07/01/2013

 salle

Palais de Tokyo,
Paris

 appréciation
 tags

Palais de Tokyo / Ryan Gander

 liens

Palais de Tokyo

 dans la même rubrique
du 22/09/2016 au 11/12/2016
Mark Geffriaud : Deux Mille Quinze
(Le Plateau / FRAC Île-de-France)
du 06/09/0216 au 29/10/2016
Paris
(Fondation d’entreprise Ricard)
du 02/06/2016 au 09/10/2016
Telling Tales : Excursions In Narrative Form
(Museum of Contemporary Art)
du 23/06/2016 au 11/09/2016
Mika Rottenberg
(Palais de Tokyo)

Artiste hautement apprécié de ces pages, Ryan Gander se trouve intégré à la programmation automnale du Palais de Tokyo pour une présentation personnelle imbriquée dans la grande exposition collective tenue dans le bâtiment. Imbriquée car la principale installation de cette monographie, ainsi que les trois autres œuvres du plasticien sont disséminées, sans réelle logique, au milieu des pièces qui composent Les Dérives de l’Imaginaire. Si Ryan Gander y gagne assurément en visibilité, il n’est nullement certain que la monstration y gagne en lisibilité, faute d’accrochage continu et cohérent.

JPEG - 9.1 ko
Ampersand (détail de l’installation)

Ceci posé, la démarche de l’artiste se distingue par sa mise en place puisqu’Ampersand se veut la première « bibliothèque d’artiste », programme lancé par le Palais de Tokyo en cette fin 2012. Assis dans un confortable fauteuil, le spectateur se trouve face à une cimaise dans laquelle un carré a été découpé afin que défile toute une série d’objets issus de la collection personnelle de Gander : T-shirt, bas de pyjama, boîtes diverses, miroir, ventilateur, couverture, feux d’artifice, tableau noir, service de table japonais, pâtes alimentaires noires, bombes de peinture, clavier Apple, Leica, chaîne hi-fi stéréo, mitraillette, cartons de ramettes de papier A4, casquette… S’il semble vain de chercher un quelconque lien entre tous ces éléments, le dispositif proposé fait de toute évidence son effet en ce qu’il individualise la relation entre artiste et spectateur et envisage une nouvelle façon d’aborder l’exposition.

JPEG - 14.5 ko
A Lamp made by the Artist for his Wife

En sus de cette installation et d’une vitrine explicative située en face de celle-ci, deux autres interventions de Ryan Gander sont donc présentées et permettent de retrouver le goût du plasticien pour des sortes de petites narrations que sont censées illustrer chaque œuvre. Ainsi pourra-t-on saluer l’ingéniosité affectueuse de la lampe bricolée pour son épouse (une binette en guise de pied, un guidon de vélo pour accrocher l’ampoule et le tout plongé dans un seau de ciment ayant pris) ou la légèreté des sculptures fantômes constituées de découpes dans le Perpex.

François Bousquet
le 08/01/2013

À lire également

23/04/2002
Monolake
(Palais de Tokyo)
du 20/10/2014 au 11/01/2015
Inside
(Palais de Tokyo)
du 23/10/2013 au 12/01/2014
Philippe Parreno : (...)
(Palais de Tokyo)
du 14/02/2008 au 27/04/2008
Loris Gréaud : Cellar (...)
(Palais de Tokyo)