Bertille Bak : Circuits

 date

du 28/09/2012 au 16/12/2012

 salle

Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris,
Paris

 appréciation
 tags

Bertille Bak / Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris

 liens

Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris

 dans la même rubrique
du 26/04/2017 au 14/08/2017
Walker Evans
(Centre Pompidou)
du 01/07/2017 au 20/08/2017
Laurent Pernot : Pas de Rose pour l’Infini
(Passage Sainte-Croix)
du 18/05/2017 au 23/07/2017
Kaye Donachie : Sous les nuages de ses paupières
(Le Plateau / FRAC Île-de-France)
du 23/05/2017 au 01/07/2017
Ida Tursic & Wilfried Mille : Bianco Bichon, Nero Madonna, e (...)
(Fondation d’entreprise Ricard)

Lors de l’exposition annuelle consacrée à la sélection du Prix Fondation d’entreprise Ricard, nos suffrages s’étaient portés sur Bertille Bak et son film consacré aux habitants d’un quartier de Bangkok dont l’immeuble était en passe d’être détruit. C’est donc avec un entrain réel qu’on se rendait au Musée d’art moderne de la ville de Paris pour voir une exposition personnelle de la jeune femme, constituée, en vérité, de deux installations elles-mêmes composées de plusieurs œuvres.

JPEG - 18.3 ko
Vue de l’exposition

Chacune des deux propositions lui permet de poursuivre son exploration des communautés et de leurs rites, groupes humains qui partagent peut-être le même territoire (urbain et parisien, cette fois-ci), mais qui ne se croisent quasiment jamais. De fait, Transports à dos d’hommes s’attachent aux tziganes jouant dans le métro et Ô Quatrième aux sœurs de la charité officiant dans un monastère du centre de Paris. Pour les premiers, outre une vidéo montrant leur habitation de fortune (une caravane arrêtée sur un terrain vague d’Ivry-sur-Seine, qui sert aussi de local de répétition), des plans lumineux sonorisés permettent de retrouver l’ambiance sonore capturée sur les lignes de métro de Paris, Berlin, Londres, Rome et Madrid. En regard de ces plans, des planches de relevé sonore traduisent sur le papier l’intensité auditive entre deux stations.

JPEG - 18.2 ko
Vue de l’exposition

Un rideau de bouchons de liège (dont un cartel nous précise que, s’agissant d’une œuvre d’art, il ne faut pas le traverser) sépare la salle consacrée aux tziganes de celle dédiée aux religieuses. Là aussi, une vidéo s’intéresse aux lieux de vie des bonnes sœurs, et notamment à l’une des plus âgées d’entre elles, logée au quatrième étage du couvent. Au pied du grand écran vidéo, une reproduction, en lino et à l’échelle 1, de la cellule de vie de la religieuse et des objets divers ayant appartenu à plusieurs habitantes du lieu permettent de matérialiser leurs conditions de vie. Afin de s’extraire du matériel et de participer à leur élévation d’âme, une chaise élévatrice (avec notice de sécurité adéquate) est même conçue par Bertille Bak.

Dans un cas comme dans l’autre, on retrouve cette grande empathie qui caractérise le travail de la jeune femme, résultant d’une période d’immersion auprès de ses sujets, moments favorisant la connivence, voire l’instillation d’une dose de fiction décalée dans une démarche qui échappe ainsi aux pièges du « tout-documentaire ». Cette même malice va jusqu’à infuser le catalogue d’exposition dont la couverture possède cette souplesse, cette couleur bleu foncé et ce caractère plastifié des plans de Paris vendus en librairie. Au-delà de cette délicate forme d’ironie, un discours un peu politique peut également être lu, en sous-texte des propositions de Bertille Bak qui, à la différence d’autres plasticiens, ne se fait pas trop ostentatoire dans sa démarche mais incite assurément à la réflexion sur la mécanique sous-tendant les communautés objets de son regard.

François Bousquet
le 26/11/2012

À lire également

du 22/02/2007 au 13/05/2007
Fischli & Weiss (...)
(Musée d’Art Moderne de (...))
du 29/05/2008 au 24/08/2008
Jonathan Monk : Time (...)
(Musée d’Art Moderne de (...))
du 11/02/2011 au 29/05/2011
General Idea : Haute (...)
(Musée d’Art Moderne de (...))
du 28/09/2012 au 16/12/2012
Roman Ondák
(Musée d’Art Moderne de (...))