The Swifter

s/t

(The Wormhole / Import)

 date de sortie

22/10/2012

 genre

Jazz

 style

Expérimental / Free

 appréciation

 écouter

Extrait mp3

 tags

Andrea Belfi / BJ Nilsen / Expérimental / Free / The Swifter / The Wormhole

 liens

BJ Nilsen
Andrea Belfi
The Swifter
The Wormhole

 autres disques récents
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)

Comme plusieurs formations regroupant des musiciens déjà connus pour leurs travaux solo respectifs, on se demande si The Swifter est appelé à être pérennisé. Cette fois-ci, la rencontre entre Andrea Belfi, BJ Nilsen et Simon James Phillips, matérialisée par ce disque, semble partie pour s’inscrire dans une certaine durée puisque des concerts sont d’ores et déjà annoncés. Précisément, c’est un enregistrement live qui se trouve retranscrit sur ce disque (paraissant uniquement en LP et format digital), les trois artistes s’étant retrouvés dans une église de Berlin en août 2011. Au reste, l’enregistrement dans un tel lieu devient extrêmement récurrent dans le champ des musiques expérimentales et improvisées et, ici, c’est clairement l’approche adoptée par The Swifter.

Intervenant sur un piano à queue, Simon James Phillips sait doser sa participation pour ne pas polariser toute l’attention ; si bien qu’au début du disque, il n’est présent que par un travail sur la répétition de quelques notes rapides tandis que les nappes de BJ Nilsen et les percussions d’Andrea Belfi confèrent une dimension plus sombre à l’ensemble. Il en va ainsi sur la face A du LP, constituée de deux morceaux (treize et dix minutes, respectivement), tandis que la face B permet à Phillips de se faire plus présent et de développer un jeu plus régulier.

Dès lors, le propos se fait plus riche, chacun des trois musiciens déployant ses interventions dans une veine entre free jazz, expérimentation et improvisation maîtrisée. Sous ce jour, il pourra être regretté que, parfois, les morceaux s’étirent sans réel horizon autre que le plaisir qu’ont les trois comparses de jouer ensemble. Pour autant, la considération que l’on porte à ceux-ci pour leur carrière solo fait que l’on apprécie mécaniquement leur rencontre, d’autant plus que son résultat se fait globalement tout à fait convaincant.

François Bousquet
le 30/01/2013

À lire également

Andrea Belfi & Ignaz Schick
The Myth Of Persistence Of Vision Revisited
(Zarek)
Angel
26000
(Editions Mego)
Hazard
Wind
(Ash International)
BJ Nilsen
The Invisible City
(Touch)