18ème Boudoir / Esther Burns

 date du concert

14/12/2012

 salle

Souffle Continu,
Paris

 tags

18ème Boudoir / Entropy Records / Esther Burns / Inner Signal / Lipo / Souffle Continu

 liens

Lipo
Entropy Records
Souffle Continu
Inner Signal
Esther Burns
18ème Boudoir

 dans la même rubrique
29/11/2016
Moskus
(Maison de Norvège)
07/11/2016
Melmac
(Pop In)

Ce soir en sortant du boulot on passait chez Souffle Continu, le disquaire parisien de référence pour toutes les musiques qui nous intéressent. C’était l’occasion d’assister à un petit showcase du label Entropy Records, extrêmement productif, assez régulièrement évoqué sur ces pages, mais dont n’avions vu jusque là aucun artiste en live. C’était l’occasion de découvrir une étonnante nouvelle signature en tant que Esther Burns, et de voir 18ème Boudoir, l’un des projets de Lipo dont nous avons déjà parlé.

C’est Esther Burns qui ouvre la soirée après un petit suspense causé par des problèmes techniques. Il s’agit d’un duo mené par Emmanuel Chagrot et Philippe Sangara. Le premier alterne entre clavier, percussion et mélodica tandis que le second se produit essentiellement à la guitare en touchant parfois au laptop et glockenspiel. La surprise est donc déjà là, avec une musique que l’on devine avant tout acoustique et électrique alors que l’on connaissait surtout Entropy Records pour ses productions électroniques tout azimuts, entre ambient expérimentale et dub techno.
Le duo jouera trois titres, a priori les trois morceaux qui composent The Genius Of The Crowd, leur EP sorti en mai de cette année. On commence avec des grincements de guitare, une voix, un discours affirmé, et la douceur du piano. On navigue dans une sorte de post-rock ambient mélancolique, parfois un peu sombre, à l’image des projections qui défilent sur un drap tendu derrière eux. Nappes d’orgues et cliquetis ponctués par la voix de Bukowski, et voici la rythmique lourde qui arrive, brute et métallique alors qu’Emmanuel frappe sur le montant d’une grosse caisse. Le jeu de Philippe nous fait quant à lui penser à un blues-rock sur le dernier titre à l’atmosphère plus tendue. Une découverte inattendue donc, dont on vous propose d’écouter quelques extraits ci-dessous.

On enchaine assez rapidement avec 18ème Boudoir qui est donc un autre duo composé de Philippe Lechat (Lipo, Inner Signal) et Jacques Vautier. Le premier est au synthé et laptop, le second au clavier. On est ici plus proche du son Entropy, avec des sonorités électroniques très franches, un peu à la manière de ce que l’on pouvait entendre sur l’album Extremum de Inner Signal. La différence se fait au niveau de la présence de Jacques au piano, apportant des mélodies faciles à appréhender, entre ambient contemplative et néoclassique, avec parfois quelques accélérations et cassures influencées par le jazz.
On passera un agréable moment, on se fera surprendre par l’électronique très franche qui contraste avec le son classique du piano, on se laissera porter par la beauté de quelques mélodies, on appréciera une certaine recherche électronique (utilisation de field recordings, cliquetis), mais on constatera aussi quelques longueurs et parfois une certaine facilité qui nous fait pencher vers l’ambient lounge. On quittera toutefois la boutique avec leur double album Le Cycle Des Lumières récemment édité dans un superbe packaging pour avoir une idée plus complète de leur production.

On vous laisse avec Trouble, interprété ce soir en live, et certainement un de leurs morceaux le plus envoutant.

Fabrice ALLARD
le 16/12/2012

À lire également

BOB T.racKer
The Horns
(Entropy Records)
David Ya
The Time Is Stretching
(Entropy Records)
The Spaced Goats
The Spaced Goats
(Entropy Records)
Inner Signal
Extremum
(Entropy Records)