Ian Holloway, Rhodri Thomas, Stephen Jones

Simple Ghosts & Lazy Old Bones

(Quiet World / Internet)

 date de sortie

03/01/2012

 genre

Rock

 style

Ambient / Expérimental / Improvisation

 appréciation

 tags

Ambient / Expérimental / Ian Holloway / Improvisation / Quiet World

 liens

Ian Holloway
Quiet World

 autres disques récents
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)

On découvrait Ian Holloway voici un peu plus d’un an via le label Phonospheric chez qui il sortait l’album Passing Through Occasionally. Le voici cette fois à domicile puisque ce nouvel album sort chez Quiet World, son propre label qui vient de fêter ses 10 ans. A ses côtés, deux artistes dont on ne sait absolument rien : des amis et collaborateurs de longue date et au final trois improvisateurs qui ont rassemblé, collé, agencé ici des sessions enregistrées sur une période de trois ans.

Pour mémoire, Passing Through Occasionally était un album très porté sur les drones, à l’atmosphère plutôt pesante. On retrouve ici en partie ce type d’ambiance, mais le passage au trio permet d’apporter une certaine variété, une richesse nouvelle. Le disque se compose de 5 titres, de formes très différentes puisqu’ils s’étendent sur 3 à 14 minutes.
La courte introduction illustre très vite notre propos, avec un joli drone statique sur lequel viennent se poser une mélodie de guitare aux teintes bluesy et un délicat jeu de percussions. Plus lumineux et bucolique, Halcyon met l’accent sur une mélodie de guitare contemplative, ponctuée par la manipulation de bouts de bois, avec au loin des piaillements d’oiseaux, l’ensemble se rapprochant alors d’un post-rock ambient qui se poursuit de façon plus mystérieuse avec Licking Pennies Off A Wall.

On passe ensuite au gros morceau de l’album avec une sorte de sirène de bateau qui ouvre I Am An Owl. Joli contraste entre ce son grave, métallique et grésillant, et la lente mélodie cristalline de ce qui semble être une kalimba. Le trio joue ici sur un certain minimalisme et une lente progression, toujours assez proche de la nature, avec notamment un bâton de pluie ou grelot en bois qui donne une teinte aquatique à l’ensemble. La progression est lente, les éléments vont et viennent sans cesse, alternant entre tension et apaisement, mais sans jamais créer de réelle fracture.
Le disque s’achève sur un étonnant Stumble Slightly Lower, marqué par des sifflements et manipulations d’ondes radios, cadrés par une mélodie de guitare posée.

Un disque que l’on aura mis un peu de temps a apprivoisé mais qui se révèle finalement très attachant. On le conseillera avant tout aux amateurs d’un post-rock ambient et expérimental.

Album en écoute complète :

Fabrice ALLARD
le 12/01/2013

À lire également

Ian Holloway
Passing Through Occasionally
(Phonospheric)
Sujo
Eilat
(Quiet World)