Mark Van Hoen

The Revenant Diary

(Editions Mego / La Baleine)

 date de sortie

00/01/2012

 genre

Electronique

 style

Ambient / Expérimental / Shoegazing / Downtempo

 appréciation

 écouter

No Distance (Except the one between you and me)

 tags

Ambient / Downtempo / Editions Mego / Expérimental / Mark Van Hoen / Shoegazing

 liens

Editions Mego
Mark Van Hoen

 autres disques récents
Automatisme
Momentform Accumulations
(Constellation)
Gratuit

(Ego Twister)
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)

Mark Van Hoen, un nom que l’on a tendance à associer avant tout aux années 90, en tant que membre de Seefeel, et surtout sous le nom de Locust, alors publié chez Touch et Sub Rosa. Des productions rares, quelques changements de label, et on avait un peu perdu l’Anglais de vue. Surprise alors de le retrouver chez Editions Mego, un label dont les contours se font de plus en plus flous.

De ce disque, on note tout d’abord la pochette, quatre portraits de femmes que l’on devine datés : photos floues, grain, coiffures, couleurs saturées nous font penser aux années 80. Ensuite, alors que l’on écoute le disque et que l’on perçoit ces multiples voix féminines, c’est sur le titre de l’album que l’on bloque : The Revenant Diary nous laisse à penser que l’artiste a exhumer de vieilles bandes magnétiques qu’il recycle sur une production actuelle. L’ensemble de ces éléments, ajoutés au choix des sonorités, au type de production nous amène à un album plein de nostalgie, évoquant souvenirs et regrets.
Ça, c’est pour notre impression. Dans les faits, l’idée de ce disque est venue à l’artiste alors qu’il remasterisait d’anciens morceaux. Ceux-ci lui donnèrent envie de revenir à l’essentiel et d’enregistrer les bases de ce nouvel album sur un 4 pistes.

A la première écoute on est un peu désarçonné. Rythmique très présente, vocalises lointaines qui semblent tirées de field recordings exotiques, flottements de cordes, Look Into My Eyes se révèle être très abstrait, expérimental. Mais petit à petit on retrouve avec plaisir l’univers de Mark Van Hoen, entre ambient, shoegaze, pop et électronique expérimentale.
Des nappes ambient habillent les bruitages granuleux de Garabndl x, un tempo chaloupé apporte chaleur et groove à l’électro-pop de Don’t Look Back, puis les synthés vintage de I Remember et No Distance (Except the One Between You and Me) poursuivent la remontée dans le temps. Dans un esprit un peu plus indie-pop, on citera tout d’abord 37/3d pour ses vocalises abstraites qui ne sont pas sans rappeler les Cocteau Twins puis le superbe Where Were You, véritable tube de l’album.

S’achevant sur les incantations électroniques de Holy Me, The Revenant Diary reste un disque qui sort des sentiers battus, tour à tour doux et fracturé, revenu du passé et fort actuel.

Fabrice ALLARD
le 21/01/2013

À lire également

Marcus Schmickler
Palace Of Marvels [Queered Pitch]
(Editions Mego)
KTL
IV
(Editions Mego)
Fenn O’Berg
In Stereo
(Editions Mego)
Cindytalk
The Crackle of My Soul
(Editions Mego)