Borko

Born To Be Free

(Sound of a Handshake / La Baleine)

 date de sortie

02/11/2012

 genre

Rock

 style

Pop

 appréciation

 tags

Borko / Pop / Sound of a Handshake

 liens

Sound of a Handshake
Borko

 autres disques récents
Luminance Ratio
Honey Ant Dreaming
(Alt.Vinyl)
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)

Fidèles à leurs artistes islandais (des longs-formats de Pascal Pinon et Sin Fang sont annoncés pour début 2013, il y a six mois paraissaient un 12" de Sin Fang, la compilation de múm et l’album de Kira Kira), Morr Music et son sous-label Sound Of A Handshake se chargent de publier la nouvelle livraison de Borko. Plus de quatre ans et demi après un premier album qui voyait le musicien quitter l’electronica de ses débuts pour embrasser une pop très orchestrée flirtant avec l’électro de manière peu convaincante, Born To Be Free convoque à nouveau, aux côtés de Björn Kristiansson, la plupart des membres des formations islandaises signées sur Morr Music pour proposer une pop chantée et enlevée.

Optant pour un positionnement soit acoustique (le morceau-titre qui ouvre le disque avec force guitare acoustique et trompette), soit plus tendue quand les six-cordes se font électriques et que des éléments électroniques saturés interviennent (Hold Me Now, Bodies). Fort heureusement, par rapport à Celebrating Life, Borko a remisé toutes les composantes électro dégoulinantes (voix passée au vocoder, filtres multiples) pour une approche plus frontale et directe qui permet de se concentrer davantage sur les mélodies, plutôt correctes dans l’ensemble. En revanche, demeure cette impression de retrouver, d’un morceau à l’autre, les mêmes harmonies venues de la section de cuivres.

Surtout, le sentiment d’emphase et de faire face à une instrumentation un rien trop chargée (la fin de Two Lights) ne nous quitte que rarement à l’écoute de l’album ; comme si, voulant à tout prix convier l’intégralité de ses amis musiciens, Björn Kristiansson avait voulu n’en froisser aucun et n’écarter personne. Cette volonté s’étend jusqu’au chant, fréquemment doublé par des chœurs légèrement dispensables (Yonder) mais permet aussi, dans le même temps, de conduire Borko à construire un morceau évolutif et riche comme Sing To The World. Clôturant Born To Be Free, ce titre est échafaudé autour d’une phrase unique interprétée par l’Islandais tandis que, sur les sept minutes que compte la chanson, les instruments se déploient peu à peu, dans un geste nettement préférable à ce qu’on trouve majoritairement sur le reste de l’album. Une conclusion qui, on l’espère, augure d’un futur encore plus intéressant.

François Bousquet
le 15/02/2013

À lire également

Bernhard Fleischmann
For M / Mikro_Kosmos - Two Concerts
(Sound of a Handshake)
Amiina
Puzzle
(Sound of a Handshake)
Telekinesis
Dirty Thing (EP)
(Sound of a Handshake)
Bernhard Fleischmann
Melancholie
(Sound of a Handshake)