Food

Mercurial Balm

(ECM / Universal Music)

 date de sortie

09/11/2012

 genre

Jazz

 style

Expérimental

 appréciation

 tags

Arve Henriksen / ECM / Expérimental / Food / Thomas Strønen

 liens

Arve Henriksen
Thomas Strønen
ECM

 autres disques récents
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)

Accueilli depuis son précédent album sur ECM, Food y a trouvé un label parfaitement adapté pour déployer la capacité du duo à mêler expérimentations (issues des percussions de Thomas Strønen) et ampleur du saxophone d’Iain Ballamy. De surcroît, cette visibilité nouvelle leur avait permis, sur Quiet Inlet de convier Nils Petter Molvær et Christian Fennesz sur quelques morceaux ; bis repetita sur Mercurial Balm puisque les deux invités sont à nouveau présents, également rejoints par deux autres convives : Eivind Aarset (guitare et électronique) et Prakash Sontakke (guitare slide et chant).

Divisé en deux, ce nouvel album propose tout d’abord d’unir le travail électronique de Fennesz au duo de base de Food. Plus ou moins prégnante, la participation des rythmiques, petits cut-ups et nappes de l’Autrichien permet soit d’apporter rugosité et entrain aux compositions de Strønen et Ballamy (Celestial Food), soit de servir de tapis sonore à leurs développements plus ouvragés (Ascendant). Passant à la guitare électrique, Fennesz sait également convoquer des traits plus tendus et acérés pour, là encore, sortir des terres connues du jazz ECM et emmener tout le monde vers des rivages quasi-free-rock (Phase, Astral).

Quand, sur la seconde moitié de Mercurial Balm, Fennesz s’absente, il est supplanté par Nils Petter Molvær et sa trompette, invitée à dialoguer, comme sur Quiet Inlet avec le saxophone d’Iain Ballamy ; les envolées des deux instruments prennent alors des atours aériens et soyeux (Moonpie ou le morceau-titre). Si la participation de Prakash Sontakke n’emballe guère quand l’Indien chante véritablement, l’introduction de sa part de vocalises sur le morceau-titre se fait en revanche plus pertinente.

Enfin, à titre de conclusion, Galactic Roll permet de retrouver Thomas Strønen, Iain Ballamy, Christian Fennesz et Nils Petter Molvær, tous les quatre ensemble, réunis pour un concert au festival Enjoy Jazz de Mannheim. Peut-être un peu trop bref (moins de cinq minutes, alors qu’on aurait apprécié en entendre davantage, d’autant plus que le morceau se termine sans véritable fin), ce témoignage traduit à merveille l’entente régnant entre les musiciens.

François Bousquet
le 28/02/2013

À lire également

19/11/2014
Mats Eilertsen Trio
(Institut Suédois)
22/11/2009
Arve Henriksen
(Duc des Lombards)
Arve Henriksen
Strjon
(Rune Grammofon)
Food
Molecular Gastronomy
(Rune Grammofon)