Yuri Lugovskoy

s/t

(Home Assembly Music / Import)

 date de sortie

12/11/2012

 genre

Electronique

 style

Minimal / Techno

 appréciation

 tags

Home Assembly Music / Minimal / Techno / Yuri Lugovskoy

 liens

Home Assembly Music
Yuri Lugovskoy

 autres disques récents
Matt Christensen
Honeymoons
(Miasmah)
Giulio Aldinucci
Goccia
(Home Normal)
Automatisme
Momentform Accumulations
(Constellation)
Gratuit

(Ego Twister)

Deux ans et demi après son premier album, c’est sur Home Assembly Music qu’on retrouve Yuri Lugovskoy (Moteer, son label d’alors, ayant cessé ses fonctions). Comme au printemps 2010, on est face à un disque sans nom, d’une durée tout juste supérieure à la demi-heure (même si celui-ci s’accompagne d’un album de remixes) et opérant dans une techno minimale très sombre. De fait, l’Ukrainien met en place un tapis sonore lourd et opaque, tout juste parcouru par une pulsation régulière mais très lointaine.

Marquée par ce dub ralenti et enveloppant, sa musique travaille sur la répétition de boucles identiques, même lorsque le propos se fait moins sombre (Track Three, Track Seven) ou qu’il incorpore quelque chose d’un peu plus mélodique (Track Eight). Néanmoins, l’ensemble reste empreint d’une grande homogénéité qui confine parfois à une forme de surplace, Lugovskoy semblant se satisfaire de son schéma sans véritablement le (se ?) remettre en cause.

Pour tenter d’être un peu bousculé, l’auditeur peut alors se tourner vers le deuxième CD, celui qui voit dix musiciens remixer les morceaux qu’il vient d’écouter. D’entrée, on est ainsi saisi par les cordes que pose William Ryan Fritch (membre de Tokyo Bloodworm) sur Track Three, tirant le morceau vers quelque chose de plus expérimental, soit la même démarche que celle qu’entreprend Tokyo Bloodworm ou Chessie plus loin. Belle complexité également chez Mugwood (alias Antony Ryan, la moitié d’ISAN) et Insecto. Sans surprise, Brave Timbers intègre également des cordes, mais dans une perspective plus soyeuse tandis que Panoptique Electrical entraîne Track Seven vers un jazz minimaliste tout à fait convaincant et Fjordne vers des rivages plus néo-classiques. Reprenant enfin le principe répétitif des compositions de Lugovskoy, The Humble Bee (soit Craig Tattersall, moitié de The Boats et de The Remote Viewer, mais aussi actif en solo comme The Archivist) place une note itérative au-dessus de la nappe d’origine.

Au total, et comme cela arrive de temps en temps avec ce genre de projet, nous serions tentés d’avancer que l’album de remixes a davantage nos faveurs que le disque originel.

François Bousquet
le 07/03/2013

À lire également

Northerner
The Ridings
(Home Assembly Music)
Yuri Lugovskoy
s/t
(Moteer Records)
The Declining Winter
Home For Lost Souls
(Home Assembly Music)
The Green Kingdom
Prismatic
(Home Assembly Music)