Solar Year / Noir Coeur

 date du concert

07/02/2013

 salle

Espace B,
Paris

 tags

Espace B / Noir Coeur / Solar Year

 liens

Espace B
Solar Year
Noir Coeur

 dans la même rubrique
15/09/2016
Quentin Sirjacq
(Maison Rouge)
05/09/2016
Chris Watson
(Fondation Cartier)
24/08/2016
Spring.Fall.Sea
(Pop In)
14/07/2016
Concert-surprise
(Blockhaus DY10)

Nous voici de nouveau à l’Espace B, cette fois pour une vraie séance découvertes. On faisait le déplacement avant tout pour voir Solar Year sur la seule foi d’une vidéo coup de cœur tirée de leur Brotherhood EP.

C’est un duo parisien qui assurait la première partie sous le doux nom de Noir Coeur. A priori le groupe parfait pour partager l’affiche de Solar Year, un duo post-witch house (déjà !!) dont la musique ne respire pas vraiment la joie de vivre...
Noir Cœur se produisent eux aussi en duo. Deux (très) jeunes hommes qui soignent leur apparence, tous deux encagoulés dans leurs chèches. C’est "un peu" cliché, et cette impression de voir deux moines affairés sur leurs synthés a plutôt tendance à nous amuser.
Musicalement, le duo donne l’impression de faire le grand écart avec un premier morceau qui trouverait sans soucis sa place dans une compilation witch house et un deuxième qui surprend en adoptant un ton nettement plus chaleureux pour ne pas dire funky. Du coup on pense un peu à OFF Love qui joue lui aussi avec les genres. Et puis le duo passe aux guitares et le ton s’éclaircit nettement avec une électro-pop à guitare plutôt légère qui tendrait presque à se faire dansante quand la rythmique gagne en puissance. Noir Cœur nous tiendra ainsi en haleine pendant quelques titres avant de conclure en douceur et dans la pénombre sur un derniers titres aux vocaux plus proches de chœurs.
Si l’on n’est pas forcément fan de l’ensemble de leur production, on leur reconnaitra un talent certain et le fait de croire à ce qu’ils font. Le projet a certainement besoin de murir un peu mais les bases sont là, et solides.

JPEG - 84.1 ko
Solar Year

Changement de matériel et voici que Solar Year prend place. Il s’agit également d’un duo, formé par Ben Borden et David Ertel et venus quant à eux de Montréal. Après Noir Coeur, le contraste est assez fort. Pas d’artifices ici, pas de déguisement, les deux jeunes hommes nous font plutôt penser à des laborantins faisant des expériences en triturant leurs machines. Ben Borden est entouré de synthés, effets, et une guitare préparée tandis que David Ertel est aux machines et au chant sur quasiment tous les morceaux.
Si l’on avait été séduit par la noirceur de Brotherhood, sur le coup on a un peu de mal à retrouver nos petits. Certes la musique est fidèle à ce que l’on en connaissait, toute en nappes feutrées, soupirs mélodiques et vocaux largement traités, mais il nous faudra 2-3 titres pour nous habituer au son live. Et puis petit à petit l’ambiance s’installe, les titres gagnent en profondeur et le chanteur semble être habité par ses chansons. Peu d’interaction entre les deux hommes qui nous offrent un set vraisemblablement réglé comme du papier à musique.
Aux premières notes de Brotherhood on sent le public se manifester derrière nous. Pas de déception ici, ça fonctionne à merveille alors que l’on approche de la fin du concert. Petite et belle surprise pour conclure avec un titre aux sonorités un peu plus exotiques, peut-être un nouveau morceau en cours de test qui laisse présager de très bonnes choses.

Afin de mettre un son sur cette musique on ajoute ici le clip de Brotherhood.

Fabrice ALLARD
le 17/02/2013