Gatekeeper / D’eon / Alex June

 date du concert

18/02/2013

 salle

Espace B,
Paris

 tags

Alex June / Espace B / Gatekeeper

 liens

Espace B
Alex June
Gatekeeper

 dans la même rubrique
15/09/2016
Quentin Sirjacq
(Maison Rouge)
05/09/2016
Chris Watson
(Fondation Cartier)
24/08/2016
Spring.Fall.Sea
(Pop In)
14/07/2016
Concert-surprise
(Blockhaus DY10)

Cela faisait même pas trois semaines que nous avions vu Alex June à l’Espace B qu’elle y jouait de nouveau, cette fois en première partie de D’eon et Gatekeeper. Hasard du calendrier, on découvrait D’eon seulement quelques jours plus tôt alors que l’on fouillait dans la discographie du label Arbutus Records, découvreur de Solar Year qui jouaient eux aussi à l’Espace B une semaine plus tôt.

JPEG - 79.3 ko
Alex June

Ouverture de la soirée avec Alex June que l’on voyait donc pour la troisième fois en un peu plus de deux mois. On hésitera un peu à en parler une nouvelle fois sur ces pages, mais chaque concert de la jeune femme est une nouvelle expérience. Le premier contact est visuel, avec pour la troisième fois une tenue différente, véritable costume de scène, déguisement pourrait-on dire. Alex June change sans cesse d’identité et se rapproche ce soir d’un personnage de science-fiction avec son haut argenté et un maquillage futuriste.
Musicalement aussi, la surprise est de rigueur avec un premier titre qu’on ne pense pas avoir déjà entendu et qui ouvre magnifiquement le concert, plus posé, un peu plus sombre que ce qu’elle produit habituellement. Elle enchaîne tout de suite avec Golden Boy, l’un des tubes de son EP Plan ẍ. La suite est fidèle à ce que l’on connait de la jeune femme. Une électro-pop enlevée, voire enjouée, toujours un peu décalée, souvent aérienne, vintage et légèrement sucrée, rappelant nos génériques de dessins animés des années 80 mais avec une production moderne et efficace. On aura bien sûr droit à Alaviksertaxz, l’autre tube du EP et passage obligé dont on ne se lasse pas.
Un concert d’une fraicheur qui fait plaisir à voir, un plaisir renouvelé.

JPEG - 82.9 ko
D’eon

On enchaine donc avec D’eon dont nous avions vaguement entendu un titre sur le net. Un jeune homme aux cheveux longs venu de Montréal, ayant vécu quelques temps dans un monastère en Inde où il prit des cours de musique soufi. Difficile de dire si ce séjour aura eu une influence sur son travail que l’on aura un peu de mal à définir. Équipé d’un laptop et d’un clavier de contrôle, il débute par un instrumental d’un autre temps, proche d’une musique de chambre, médiévale, qui semble tourner toute seule pendant que l’artiste fait de drôles de mimiques et des grands moulinets avec son bras... On se demande s’il fait le pitre ou s’il est déjà complètement habité par sa musique, mais la suite du concert tend à nous faire opter pour la seconde option.
Dès le deuxième titre le style change nettement. Cette fois la musique est basée sur des notes lentes, répétitives, proche de nappes, et D’eon se met à chanter avec un style très marqué, très soul, partant dans de longues vocalises, le genre de chose que l’on ne supportera pas très longtemps. Après quelques titres, on change encore de registre avec l’apparition de rythmiques syncopées et des sonorités un peu plus dures. On préfère, mais c’est aussi un peu moins original.
On commencera à faire la tête quand le Canadien se remettra à chanter. Dans la salle le public est partagé, entre ceux qui sortent et ceux qui dansent sur ces menuets électroniques. Au bout de 40mn de concert on quittera la salle, finalement déçu par cette prestation.

On ne reviendra que vers 23h15. Cela fait déjà un petit moment que depuis le bar on avait deviné que Gatekeeper avait pris le relai. La salle est complètement enfumée, on ne voit absolument rien d’autre qu’un brouillard clignotant au gré des stroboscopes. Le public semble être encore relativement nombreux au regard de la musique diffusée, très franchement techno. Ultra dansante, hyper efficace, le beat étant successivement accompagné de sonorités acides ou de percussions tribales.
A priori deux hommes sur scène dont un qui s’emparera du stroboscope pour balayer la salle de son faisceau et une prestation certainement assez courte puisque l’on en verra qu’une quinzaine de minutes. Court mais intense !

Fabrice ALLARD
le 03/03/2013

À lire également

23/04/2013
Unison / Kim Ki O / (...)
(Point Ephémère)
30/01/2013
Kumi Solo / Alex June
(Espace B)
06/12/2012
Alex June
(La Fabrique Balades (...))
04/11/2013
Alex June
(Flèche d’Or)