Melodium

Kansva Work

(Abandon Building Records / Import)

 date de sortie

11/12/2012

 genre

Electronique

 style

Electronica

 appréciation

 tags

Abandon Building Records / Electronica / Melodium

 liens

Melodium
Abandon Building Records

 autres disques récents
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)

Depuis une douzaine d’années qu’on suit les productions de Melodium, on parvient à connaître suffisamment bien la musique du Français pour se faire une idée de chaque nouvelle sortie (deux par an, en moyenne) avant même de l’avoir écoutée. Ainsi, lorsque nous apprenons qu’un disque est instrumental, on sait qu’il aura davantage nos faveurs que ceux sur lesquels Laurent Girard chante ; de même, le label chargé de publier tel ou tel support constitue un marqueur de la couleur de l’album. Nouvel exemple avec Kansva Work, long-format instrumental sortant sur Abandon Building, structure états-unienne ayant sorti Coloribus au printemps 2011.

Comme ce dernier, Kansva Work met aux prises des éléments immédiatement reconnaissables et identifiés à Melodium (aussi bien dans leurs tonalités que leurs tessitures), si bien que, comme avec Coloribus, on a presque l’impression d’avoir déjà entendu certains morceaux de l’album. Surtout prégnant dans les quatre premiers titres, ce sentiment s’amenuise peu à peu, notamment quand le Français intègre quelques rythmiques plus sombres et granuleuses (Dimensions, le début d’Hypotenuse) ou qu’il superpose deux tempi presque différents (celui de la guitare et du clavier, d’une part, et celui de la batterie, d’autre part), conduisant à créer un titre agréablement bancal (Midpoint).

Pour le reste, c’est donc avec le plaisir d’assister à une nouvelle démonstration de la capacité de Melodium à maintenir une qualité d’ensemble, un style personnel et un traitement caractérisé de sa guitare acoustique, par exemple, qu’on écoute Kansva Work. Tout juste pourra-t-on regretter, réflexion non nouvelle à l’endroit du Français, que son rythme soutenu de production le conduise à livrer des disques relativement courts (à peine trente-sept minutes pour treize morceaux) alors qu’on se souvient que sur son précédent album (The Island), une piste de six minutes trente se montrait particulièrement emballante et qu’à nouveau, ici, il clôt le disque par un titre de six minutes, développant une atmosphère plus opaque (Nonreal).

François Bousquet
le 27/03/2013

À lire également

Melodium
The Island
(Audio Dregs)
Melodium
99
(Autoproduit)
Melodium
Cerebro Spin
(Audio Dregs)
Melodium
Hum Hum & Bla Bla EP
(Autres Directions in Music)