Gratuit / Sydney Valette

 date du concert

27/03/2013

 salle

Espace B,
Paris

 tags

Espace B / Gratuit / Sydney Valette

 liens

Espace B
Gratuit
Sydney Valette

 dans la même rubrique
15/09/2016
Quentin Sirjacq
(Maison Rouge)
05/09/2016
Chris Watson
(Fondation Cartier)
24/08/2016
Spring.Fall.Sea
(Pop In)
14/07/2016
Concert-surprise
(Blockhaus DY10)

Le concert de gratuit il y a un an et demi à la Flèche d’Or était assez particulier. Violent. Nous avions adoré le premier album et plus récemment Le Feu extrait de Délivrance, second long format sorti à l’automne dernier. N’ayant pas encore écouté ce disque, on se décidait à faire le déplacement afin de le découvrir en live.

JPEG - 66.1 ko
Sydney Valette

En première partie se produisait Sydney Valette, un nom que nous avions croisé à plusieurs reprises mais dont nous avions juste aperçu une vidéo d’un concert sur le net. On découvre que derrière ce nom se cache un duo, au moins pour la version live.
Le concert commence par une superposition de nappes et arpèges, une ambient "spatiale" et sombre sur laquelle Sydney Valette vient poser ses vocalises. Il ne s’agit là que d’une courte intro et on changera bien vite de registre. Synthés en avant, boite à rythme mécanique aux sonorités datées et chant proche du spoken word, l’électro-pop de Sydney Valette a ses racines bien ancrées dans les années 80. Une sorte de power-pop électronique désenchantée mais énergique. Sydney Valette passe finalement assez peu de temps derrière ses machines : il descend de la scène, se mêle au public, danse beaucoup et donne un air de fête, de boum adolescente, a son concert. Il manquait juste un peu de spectateurs pour faire prendre la sauce, faire monter l’ambiance et éviter que l’artiste reste finalement un peu seul.
Le français donne l’impression d’aligner les tubes aux mélodies entêtantes et on reste surpris par sa voix aux teintes finalement assez rock, très new wave, aux intonations flirtant parfois avec un style crooner. Un projet atypique, malheureusement pas ce soir dans la configuration lui permet de déployer au mieux son potentiel.

JPEG - 70 ko
Gratuit

Vers 22h30 Gratuit prends le relai, seul derrière synthé et machines. Nous n’avions donc pas encore écouté le nouvel album mais nous en avions eu des échos mitigés au regard du premier album. Comme pour faire la transition avec le premier album (Rien), Antoine Bellanger démarre son concert avec Les plaines défilent au tempo posé mais à la voix encore pleine de rage.
Et puis c’est le nouvel album qui passe en revue en commençant par Le Silence des Chiens. Très vite le changement de ton entre les deux albums se fait nettement sentir. Entre son attitude sur scène et ses textes ("Il n’y a plus rien / juste au loin / la souffrance des chiens / la souffrance des miens / je n’entends plus / que mes regrets") on sent que Gratuit est passé du combat à la résignation, à l’abandon, la noirceur restant la ligne directrice, mais aussi une certaine envie de faire danser, ou du moins à produire une musique festive, certainement pour oublier. Ainsi la rythmique up-tempo de Tout Casser surprend et fait plaisir tandis qu’Antoine ne cesse de répéter "ça ne sert à rien".
Et puis très vite c’est au tour de ce que l’on va considérer comme les "tubes" de Délivrance, en tout cas nos gros coups de cœur avec La Promesse puis Le Feu. Des mélodies pop, un sens du rythme absolument parfait, des textes qui font mouche et on est sous le charme. On aura par contre un peu plus de mal avec Territoire qui prend une toute autre forme avec son instrumentation dépouillée et son chant en duo, avec Julia Lanoë (Mansfield.TYA, Sexy Sushi).
Une fois les principaux titres du nouvel album passés en revue, Antoine Bellanger revient sur son premier album pour un final explosif, aidé en cela par des titres tels que Rien ou Le Mal, Le Bien, parfois joliment réarrangé. En fin de concert le public est bien chaud et réclame un rappel. Gratuit nous offrira (ah ah !) alors On ne pense qu’à nous, là aussi dans une version revue pour le live.
Un concert parfait et on repartira avec le disque qui nous accompagne depuis deux semaines.

Fabrice ALLARD
le 10/04/2013

À lire également

Gratuit
Rien
(Ego Twister)
02/10/2010
BS Party : Klement / (...)
(Flèche d’Or)